To Home Page and Site Plan


          Les sept sages de Rome
:
An On-Line Edition of French Version A
From All Manuscripts

by © Hans R. Runte
hrunte@dal.ca

(with initial assistance by Mauricette Berne)


Shortcuts to:
(Please report defective links to <hrunte@dal.ca>)

A
Additions
Andrieu, feastday of Saint
Aper, the empress’s second story
Appendix 1
Appendix 2
Appendix 3
Appendix 4
Arbor, empress’s first story
Arts, seven liberal; mastered by Meron
Augustes, a sage’s variant name; his story
Avis, the fifth sage’s story

B
Bancillas’s story
Bloodletting in tentamina [101] to [108]
Boar story
Burning, death by
Burning of prince’s wife

C

Canis, the first sage’s story
Caton as schoolbook author
Caton in MS. Y3
Caton’s story
Conte”, use of the term
Coupe d’or: see Cup
Crassus in frame, Virgilius
Cressant Tower 1, 2
Cross of Christ
Cup, story of the golden

D

Date in text: Thursday, 24 December 12??
Disguise, Genus’s (Roma)
Dog story
Dream by the empress
Drowning, death by
Duel judiciaire: 1, 2, 3

E

Emperor addressed as roi
Emperor’s funeral
Emperor’s name
Emperor resembles a breast-fed infant (!)
Emperor’s son: see also Prince
Emperor’s son’s story
Emperor’s son’s wife, in MS. J
Empress’s first story
Empress’s second story
Empress’s third story
Empress’s fourth story
Empress’s fifth story
Empress’s sixth story
Empress’s seventh story
Empress’s story filia
Ephesus, Matron of
Exemplum, use of the term: 1, 2

F

Like father (emperor) like son (prince)
Filia story (in C2, Q, Y1 [by empress])
First sage’s story
Fools’ Day (Fête aux fous) disguise in Genus’s Rome
Fourth sage’s story

G

Gaza, the empress’s third story
Genus, a sage in Roma
Genus = Janus > January
Girart le filz Thierri, father’s name in vaticinium
Golden cup, story of the
Greyhound story
Guerni le fils Tierri, father’s name in vaticinium
H
Helionne, emperor’s mother
Herod, king
Herod in MS. Y3
Herod’s story
Hippocrates (Ypocras)
House of the emperor’s son
Hungary (Hongrie) in medicus, in inclusa

I

Inclusa, the seventh sage’s story
Intervention by narrator: see Narrator
Ivy test, recalled

J

Janus = Genus > January
Jesse = Josse
Jesse‘s story noverca in MS. Y3
Josse‘s story
Judicial duel: see Duel judiciaire

K

Kings, seven pagan
Knight errant in inclusa

L

Lacunæ
Lantillus: see Lentillus
Lentillus’s story
Loherainne, Lorraine, Lothringia
Lombardy
Love of a priest vs. love of a knight:
tentamina 68-71

M
 
Magpie story
Malquidarz’s story
Marastre, Marâtre (cf. French Version M)
Marques, the prince’s seneschal
Marriage, emperor’s second
Martin, seventh sage in certain (groups of) manuscripts
Matron of Ephesus story
Mauquidarz li rous: see Malquidarz (li rous)
Medicus, the second sage’s story
Merlin or Mellin, fatherless boy-seer in sapientes
Meron, seventh sage, description of; his story
Meroux, seventh sage in MS. Y3
Mirror in Roma
Mise en abyme, example in gaza; a story about seven wise men in The Seven Sages (Roma)
Moral of frame story

N

Narrative terminology: see “conte”, exemplum
Narrator addresses reader: 1, 2, 3
Nephews, duel of the
Noverca story (in C2, B4 [by empress], Q, Y1, Y3 [by Josse])
(Wet-)Nurse‘s duties

O

“Octevien”, emperor in gaza

P

Pelote game in Roma
Physician story
Pine tree story
Poncianus, emperor’s father
Pope
Prince resembles his father
Prince’s story
Prince’s wife, in MS. J
Prince’s wife’s affair with Marques
Prophecy story
Proverbs and expressions «1», «2», «3», «4»
Puille, country in senescalcus and in Virgilius 25 and 52
Puteus, the third sage’s story


R
Reader addressed by narrator
Roi referring to emperor
Roma, the empress’s seventh story
Rome-under-siege story
Romeigne, the province of Rome

S

Sages, description of
Sages’ names: 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7; variations;
the seventh sage in MS. Y3
Saint Denis, saint
Saint Martin, village of
Sapientes, the empress’s sixth story
(Recall of) sapientes in MS. Y3
Sarrazins in Roma
Second sage’s story
Empress’s seduction scheme
Text Self-Reflexivity
Senators of the empire: 1, 2
Senechal story
Senescalcus, the empress’s fourth story
Sequence of stories and tellers
Seven pagan kings
“Seven sages” in gaza
Seventh sage, Meron, description of
Seventh sage in MS. Y3
Siege-of-Rome story
Silence prophecy
Sixth sage‘s story
Son: see also Emperor’s son, Prince
Son’s story
Stepson (French term)
Story 1
Story 2
Story 3
Story 4
Story 5
Story 6
Story 7
Story 8
Story 9
Story 10
Story 11
Story 12
Story 13
Story 14
Story 15
(Story 16: filia)
(Story 17: noverca)
Succession question

T

Table setting
Tentamina, the fourth sage’s story:
first (cf. arbor), second (cf. canis),
third trial; counter-trial; summaries
Terminology: see “conte”, exemplum
Thierri: see Girart
Third sage’s story
Tierri: see Guerni
Tour du Cressant: see Cressant Tower
Tournament
Tower, story of the lady imprisoned in the
Treasure(-House) story
Tree story
Trial, judicial: see Duel
(Three) Trials story (see tentamina)
Trinity day

V

Vaticinium story
Vergil story
Vidua, the sixth sage‘s story
Virgilius, the empress’s fifth story

W

Well story
Widow story

Y

Ypocras (Hippocrates)




Previous, mostly non-critical Editions


Manuscripts

For references to manuscript descriptions, see the Seven Sages Analytical Bibliography (1984), pp. 71-89; its Updates; and its perpetual Supplement



Story sequence, Synopsis of major lacunæ/additions

Sequence after vidua in 16-story and 17-story manuscripts

Y1

filia
inclusa
vaticinium
noverca
B4

Roma
inclusa
vaticinium
noverca
Q

filia
inclusa
Roma
vaticinium
noverca
C2

filia
inclusa
Roma
vaticinium
noverca
(Plomp [AB 139] p. 137)

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan


TEXT

(Numbers in square brackets refer to the beginning and end of variant readings,
or to the beginning of additions)

[Frame opening ([1] to [157])]

(Fol. 1a) [1] A Rome ot un emperëeur qui [2] ot non Dyoclecien. Il ot fame eüe. De cele fame li fu remés un hoir masle. L’emperiere fu viel, et li enfés ot ja set [3] anz. [4] Un jour apela li emperieres les set sages par leur nons. [5] “Seigneurs, dit il, dites moi auquel de vous je baillerai mon filz pour aprendre et pour endoutriner?” Li ainz nez parla avant, et fu le plus riche et le mieulz emparenté [6] et de greigneur lignage, et fu viel, ausi blanc conme laine, et fu lons et megres [7] et ot non Bancillas. Cil se torna vers l’emperëeur et parla [8] a lui en tele maniere: “Sire, fet il, vous le me bail-
(fol. 1b) leroiz, et je li ferai savoir quanque je sai et quanque mi compaignon sevent en set anz.” Aprés se leva li seconz. [9] Cil ne fu ne trop grant ne trop petit, ainz fu de bele forme et [10] de bele taille, et fu entremellez de chiennes [11] si que le blanc passoit le noir, [12] et ot non Ancilles [see further]. Cil vit l’emperëeur si li dist: “Sire, fet il, a moi le bailleroiz, et je li ferai savoir quanque je sai et quanque mi compaignon sevent en sis anz.“ Aprés se leva li tierz, et fu uns megres petiz a uns cheveus crespes, et ot non Lentillus, et dist a l’emperëeur: “Sire, quanque je sai et quanque mi compaignon sevent je li ferai savoir en cinc anz; bailliez le moi.” Li quarz se leva em piez devant l’emperëeur, et ot non Malcuidarz li rous,
(fol. 1c) uns gabierres qui volentiers escharnissoit les genz. “Sire, dit il, vous le me bailleroiz. Ne puis dire que je li face savoir le sens a mes compaignons, mes quanque je sai li ferai savoir en quatre anz.” Aprés se leva li quinz, et ot non Caton de Rome. Cil fu de bel aage, [13] et fu entremellez de chiennes que li noir passoient le blanc. Il apela l’emperëeur [14] et li dist: “Sire, a moi le bailleroiz, se il vous plest. Je ne di pas que je li face savoir quanque mi compaignon sevent, car je ne connés son sens ne son retenir, mes quanque je sai et quanque je porrai savoir je li ferai savoir au plus tost que il le porra retenir.” Aprés se leva le sisiesme, [15] et ot les cheveus plus jaunes que cire et recercelez,
(fol. 1d) et eulz verz conme faucons, le nes bien droit et bien asis, et fu gros par les espaules et grelles par les costez. [16] il n’ot ne barbe ne grenon, et ot non Josse. Il dist a l’emperëeur: “Sire, vous le me bailleroiz, et je m’en entremetrai si que vous m’en loeroiz [17] au chief de trois anz.” [18] Aprés se leva le septiesme, et ot non Martins, et dist a l’emperëeur: “Sire, je vous requier que vous [19] me merissiez le servise que je ai mis en vous toute ma vie; bailliez moi vostre filz a endoctriner, et je vous quit tout mon servise et le m’auroiz bien meri.” [20]

Li emperieres a respondu moult humblement a touz: “Seigneur, granz merciz de ce que vous me contendez de mon preu. Je ne depar-
(fol. 2a) tirai pas ceste bone conpaignie.” Meintenant prist son filz par la main et dist: “Je le vous bail a vous set.” Et il li enclinent, et l’en rendi chascuns endroit soi cinc cenz merciz. [21] Li sage menerent l’enfant entr’euls en consistoire (ce est uns leus ou il tienent les granz parlemenz [22] et les granz conseulz [23] des apartenanz choses de Rome). [24] Il pranent conseil entre euls qu’il ne le laisseront pas a Rome, [25] car il i porroit bien aucune mauvese parole de borjoise ou de chamberiere [26] ou de mauvés garcon aprendre. [27] Il esgarderent un vergier hors de Rome a une liue pres. Cil vergiers tenoit une liue en touz sens et estoit plantez en touz sens de bons arbres et de [28] toutes
(fol. 2b) les bones fontaines que l’en seüst deviser. En mi cel vergier [29] esgarderent un biau leu et bon et convenable, et [30] firent fere une meson bele et quarree et granz chambres derrieres et beles loges devant. [31] Quant la maison fu fete et parsouvie, [32] les set sages es quatre parties de la meson firent paindre les set arz: premierement [33] astronomie, aprés nigromance, musique, arimetique, rectorique, dialetique et gramaire. [34] Il firent fere le lit [35] au vallet en un des anglez de la sale [36] pour vëoir les sept arz. Li sage le conmencierent a aprendre et a enseignier, et quant li uns le lessoit li autres le reprenoit et li enseignoit du miex qu’il savoit. [37] Einsint le
(fol. 2c) tindrent set anz, et il sot moult reconnestre es [38] set arz. Aprés ces set anz [39] le tindrent il grant piece, si que il desputoit ja a euls de toute clergie [40] et qu’il parlerent entr’euls qu’il l’essaieroient. Lors prirent seize fueilles d’ierre, si en mirent desouz chascun pecoul de son lit quatre. Quant le lit fu fet, le vallet se coucha. [41] Il fu nuit si ne se prist garde de ce. [42] Quant ce vint au matin que le vallet fu esveillié, il garda amont et aval [43] et a destre et a senestre. [44] Li sage [45] se merveillierent moult de ce qu’il le virent si esbahi, si l’apelerent et li demanderent qu’il avoit oï ne veü ne sentu et [46] qu’il leur deïst. Li vallez leur respondi: “Certes, biau seigneur, ou la couverture de ceste me-
(fol. 2d) son est abessiee ou terre est seurmontee ou mes liz est hauciez.” Li uns regarda l’autre et dirent ensamble que sages estoit. [47]

Ne demora pas aprés longuement que li sage home de Rome vindrent a son pere et li dirent: [48] “Sire, nous nous merveillons moult que vous ne vous mariez, car vous avez assez granz terres et granz rentes, de coi trois enfanz ou quatre, se vous les aviez, seroient riche home.” [49] L’emperiere fu viel, si pensa, et aprés son pensé leur respondi: “Je la prendroie volentiers, se ele estoit quise [50] et vous vous en voliez entremetre, car ausint n’ai je que un hoir.” Cil respondirent: “Nous la [51]] vous querrons volentiers.” [52] Meintenant la quirent [53] et cerchierent par
(fol. 3a) meintes terres tant qu’il la trouverent [54] et la menerent a l’emperëeur. [55] Li emperieres la vit bele et gente, [56] et il li firent entendre que ele estoit de grant lignage. Li parent a la dame [57] la donerent a l’emperëeur, et il la prist moult volentiers aus us et aus coustumes de la terre, [58] et l’ama moult [59] tant conme nus hons pot plus amer fame, [60] et la dame lui ausint. [61] Un jour avint que li emperieres et [62] l’empereriz furent seul a seul en une chambre, et l’en avoit bien dit a l’empereriz que li emperieres avoit un hoir malle, et se il estoit morz, «li
hoir qui istroient de li seroient hoir de l’empire de Rome». [63] En cele chambre ou il estoient, [64] mist l’empereriz l’emperëeur
(fol. 3b) a reson: “Sire, vous avez un filz, [65] conme vostre. [66] Bien puet estre que nous n’en aurons jamés nus. [67] Sera il tout jourz en mue? Il a set [68] anz que vous me preïstes, onques puis ne le vi [for reason, click here], [69] si le verroie volentiers. [70] Sire, par la foi que vous me devez, envoiez le querre. [71] Vous avez tenu cest empire tout vostre aage, onques n’eüstes tant mestres ne tant entroduteurs conme vous avez ore.” [72] “Dame, je y envoierai le matin.” “Granz merciz, sire, dit l’empereriz, car je ai grant fain de lui veoir.” Li emperieres apela deus mesages: “Alez, dit il, [73] et montez et me saluez les set sages, et leur dites que je leur mant qu’il viegnent a moi et que il m’amaignent
(fol. 3c) mon filz, car je le vueil fere esprouver et savoir combien il set [74] de tant conme il l’ont tenu.” [75] Li mesagier monterent meintenant et alerent cele part ou il oïrent que li sage estoient et le filz l’emperëeur. [76] Cil leur firent grant joie et li enfés autresi. [77] Li mesagier saluerent les sages de par l’emperëeur et leur dirent [78]: “Biau seigneur, li emperieres vous mande que vous li amenez son filz et venez aveques lui, [79] car il velt savoir combien il a apris en tant de terme conme vous l’avez tenu.” [80] Cil [81] distrent: “Volentiers.” Einsint passerent celui jour. [82] Quant vint au soir aprés mengier et il fu nuiz et la lune luisoit cler, [83] li sages et li deciple descendirent de
(fol. 3d) la sale contreval el vergier. Li set sage garderent en la lune et es estoiles. Catons, [84] qui fu li plus sages de touz, garda fondelment en la lune et es estoiles, et [85] sot les constellacions et les muances des cours. Et quant il ot gardé, il parla et dist: “Entendez tuit! Li emperieres nous mande que nous aillons a Rome et que nous li maignons son filz. Et se nous y alons et nous l’i menons, de la premiere parole que il parlera [86] il morra, et nous en serons tuit destruit. Ce voi je, dist Catons, en la lune.” [87] Li sages garderent aprés es estoiles et en la lune, et virent que voirs estoit. Le vallet garda aprés en une estoile clere qui sembloit estre a deus toises de la lune. Il apela ses mestres
(fol. 4a) et leur dist: “Veez que cele estoile clere qui est jouste la lune me senefie [88] aucune chose. [89] Je voi, fet le vallet, [90] que se je me puis tenir de parler jusques a set jourz, que je [91] serai gariz de mort et vous tuit de destruicion.” [92] Quant li sage orent escouté ce que le vallet leur ot dit, [93] il regarderent en l’estoile que le vallet leur monstra, et virent que voirs estoit ce que il disoit. “Par foi, fet messires Bancillas, il dit voir. Or nous en covient prendre bon conseil entre nous.” “Par foi, fet le vallet, je vous conseillerai bien se vous volez. Il me covient tenir de parler set jorz, [94] et vous estes set sages. [95] Pou de reson et de discrecion aura [96] en vous se chascun [97] ne me puet pas-
(fol. 4b) ser un jour.” [98] “Certes, fet messires Bancillas, je passerai bien le mien.” “Et je le mien,” dit Catons. “Dont est ce bien, [99] dist li vallez. Or convendra que {
chascuns viegne a son jour} [cf.], quant autrement ne porroit estre. [100] Et vous seroiz a une vile ci pres, au borc Saint Martin. Seigneurs, dist li vallez, [101] je aurai granz anuiz et maintes persecusions; pour Dieu, or pensez de moi.” [102] Atant sont departi et dessevré, et vindrent en la sale et firent bele chiere aus messages l’emperëeur. [103] Li vallez fu moult pensis et pensa toute nuit et tout le jour, [104] tant que vint au matin que il s’esveilla, et li sage furent levé. Le palefroi au vallet fu appareilliez [105] et li son mestre. Et cil
(fol. 4c) mestres estoit cl qui leur avoit fet avoir ce qui leur fu mestier tant conme il furent ensamble. [106] Li vallez se departi em plorant de ses mestres. Il s’en vint a Rome, et ses mestre remestrent au bourc Saint Martin. [107] Li emperieres oï dire que ses filz venoit. [108] Meintenant monta et fist monter une partie de ses barons qui avec lui estoient. [109] Li emperieres encontra son filz en mi la rue, si le salua et [110] le prist par le menton et le besa. [111] Et cil li enclina [112] et les autres barons ausi. [113] Il vindrent au pié des degrez de la sale, si [114] descendirent li enperieres et tuit li autre.

Li emperieres prist par la main destre son filz, puis [115] monterent amont el palés. Li enperieres demande a son
(fol. 4d) filz coment il li est. Li vallez li encline et riens ne li respont. “Qu’est ce, biax filz, dit li emperieres, ne parleroiz vous mie a moi?” Et cil ne dist mot. [116] Li emperieres apela son mestre despensier, qui estoit venuz avec lui, et li demanda: “Coment est ce que mes filz ne parole mie? Il a esté a mauvese escole, [117] ce m’est avis, il a perdue la parole.” [118] Cil li respont: “Sire, il parloit hui matin toutes manieres de parleüres.” [119] L’empereriz oï dire que li enfés estoit venuz et qu’il ne parloit mie, [120] si en ot grant joie. [121] Meintenant s’atorna des plus riches garnemenz que ele ot, puis vint en la sale a grant compaignie de dames et de damoiseles. [122] Li emperieres et li autre chevalier se leverent encontre l’empereriz. Ele
(fol. 5a) vint entr’euls, puis s’asist emprés l’emperëeur et li dist: “Sire, [123] se il onques parla, bailliez le moi, et je le ferai parler se il jamés doit parler.” “Par foi, dist li emperieres, je le baillié aus sages bien parlant.” Puis le prist par la main et le bailla a l’empereriz, mes li enfés n’i voloit aler. “Alez y,” dist li emperieres a son filz. [124] Li vallez [125] ne vost pas escondire son pere, ainz [126] se leva et s'en ala avec l’empereriz en sa chambre. L’enpereriz fist metre toutes ses dames et ses damoiseles en une autre chambre, et entre li et le vallet [127] demorerent en la chambre seul a seul et [128] s’asirent sus une couste pointe moult riche couverture d’un drap de soie. L’empereriz le regarda moult ententivement [129] et le vost fe-
(fol. 5b) re entendre a soi et li dist: “Biaus douz amis, biaus douz sires, entendez moi. Je ai moult oï parler de vous, et pour le grant bien [130] que vous savez vous ain je. Et [131] pour la grant amour que je ai en [132] vous, ai je pourchacié que vostre pere m’a prise a fame, et je vous ai gardé mon pucelage, si que il onques n’ot en moi part. Or si vueil que vous m’amez, et je vous amerai.” Lors li gita ses braz au col, et il se trest ariere. [133] Ele le prent par le menton si le vost besier, et cil se trest plus ariere. [134] “Comment, fet ele, biaus doz amis, ne parleroiz vous mie a moi ne ne feroiz joie?” Li vallez voloit garder l’enneur son pere et la seue, si ne dist mot.

Quant l’empereriz vit
(fol. 5c) qu’ele ne treroit de lui mot, si giete ses mains a [135] uns dras de soie qu’ele avoit vestuz, et au peliçon d’ermine et a sa chemise, si [136] descira tout jusque en mi le piz; [137] et encore conme mal engigneuse et plainne de mal art et de mal engin [138] si jeta ses mains a ses cheveus, si en trest une partie. Ele amena ses mains contreval sa face, si s’esgratina et fu toute sanglante. Aprés, quant ele ot ce fet, si jeta un grant cri [139] et hideus, et li baron qui estoient en la sale si s’en vindrent vers [140] la chambre. [141] Quant li emperieres vit si mal atornee cele que il tant amoit, si fu iriez et ausi conme hors du sens. “Coment, fet il, qui vous a si atornee?” “Par foi, fet ele, cist deables qui est ci. [142] Par
(fol. 5d) pou qu’il ne m’a estranglee
. Se vous ne fussiez si tost venuz, je fusse morte ou il eüst de moi fete sa volonté. Il ne vous est riens, ce est un deable, fetes le lier.” “Par mon chief, dist li emperieres, il ne sera mie longuement en garde.” Lors fet li emperieres venir ses badiaus, [143] ceuls qui servent des genz afoler et de pendre. [144] “Alez, fet il, si destruisiez cestui qui mes filz devoit estre.” “Sire, font il, nous ferons vostre comandement.” Lors issirent de la chambre et entrerent en la sale. Li haut home de la terre [145] furent irié de ce qu’il orent veü avenir, [146] et de ce que li emperieres voloit fere son filz destruire, si [147] en furent moult esbahi [148] ne ne sorent coment ce pooit estre avenu. Il vin-
(fol. 6a) drent a lui et li dirent: “Sire, nous nous merveillons moult de ce que vous fetes. Metez en respit jusque demain de vostre filz destruire, et lors, par le jugement de vostre court, l’ociez se il a mesfet.” “Certes, dit li emperieres, volentiers atendrai jusque demain.” Lors conmande qu’il soit avalez en la chartre, que il ne s’en fuï. [149] Moult fu l’empereriz dolente et corrouciee [150] de ce que li vallez est respitiez de destruire. [151] Lors pensa [152] et murmura en soi meïsmes jusque a la nuit, car or cuide ele trouver si bon point de lui destruire conme ele avoit quis et porchacié. [153] Quant la nuit fu venue, li emperieres ala couchier. L’enpereriz li fist trop lede chiere. “Que est ce, dame, fet
(fol. 6b) li emperieres, [154] quel chiere fetes vous? Dites moi vostre pensé et que vous avez.” “Certes, sire, je le vous dirai. [155] Vous estes morz et destruiz, car cil est venuz par qui vous seroiz desheritez et perdroiz terre, [156] et ce sera par tans: ce est vostre filz. [157] Si vous en puisse il ausi avenir conme il fist au pin de son pinel.” “Et coment, dit li emperieres, avint il au pin de son pinel?” “Sire, dit ele, je le vous dirai volentiers, or m’escoutez.”

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan


[1. arbor]
[The empress’s first story]

“En ceste ville ot jadis un borjois qui ot moult biau vergier, qui granz estoit et planteïs de touz bons arbres. El mileu de cel vergier avoit un pin [1] qui estoit si biaus et si granz et si droiz conme nus plus. [2] Li preudons si fist querre des meilleurs terres
(fol. 6c) qu’en poïst trouver et metre au pié du pin. Li pins s’esgaia et crut a volenté, et de l’esgaiement de lui leva uns petiz pinniaus d’une des mestres racines, qui vint a volenté. [3] En ce que li borjois le vit, si en ot grant joie [4] et fist querre de la meilleur terre qu’en poïst trover, et la fist metre au pié du pin. [5] Et tant que li preudons fu alez en sa marchëandise et demora longuement. Et quant il fu revenuz, la premiere chose que il fist si ala en son vergier et trouva son petit pinel court. Lors apela son jardinier si li dist: ‘Qu’est ce? Pour coi est mes petiz piniaus courz?’ ‘Sire, fait li jardiniers, [6] ne veez vous [7] por coi?’ ‘Nenil,’ fet cil. [8] ‘Je le vous dirai. [9] Or regardez contremont [10] que la branche du
(fol. 6d) grant pin le tient si qu’il ne puet aler en avant.’ [11] ‘Coupez la,’ fet li preudons. ‘Sire, volentiers.’ Cil [12] prist la coigniee et prist une eschiele et la mist contre la branche et feri tant que la branche fu coupee. Quant ele fu coupee, [13] li preudons li dist: ‘Coupe et li fai voie.’ ‘Sire, volentiers.’” [14] “Ore, sire, fet l’empereriz, or est li granz pins [15] coupez pour son petit pinel et enlediz. Et encore i a plus, car li piniax vint de la coiche et de la cresse devant, et de la force s’esleva une des mestres racines, [16] si secha de cele part. Quant li preudons revint un jour en son vergier et il vit le petit piniau qui vint a volenté et qui seurmontoit ja l’autre, si que il vit le grant se-
(fol. 7a) chié d’une partie, si dist a son jardinier: ‘Que a, fet il, ce grant pin qui est sechiez?’ ‘Sire, fet il, ce fait l’ombre de vostre petit pinel.’ ‘Or le coupez tout,’ dit li sires. ‘Volentiers, sire,’ fet cil.” [17]

[Frame resumes ([17] to [55])]

“Sire, dit l’empereriz, or est il coupez, [18] or est il del tout a honte menez [19] par icelui qui issi de lui. Ausi est de vostre filz qui issi de vous, qui vous met ja a honte, car touz li empires est ja contre vous de vous desheriter, et vous estiez avant ier el point de vous delivrer. Et pour ce [20] vous en puisse il ausi avenir [20a] conme il fist au pin de son pinel.” “Par mon chief, dame, il ne m’en avendra pas ainsint, car il morra le matin.” [21] Einsi remest des ci a l’andemain. [22] Quant li emperieres fu levez, [23] il apela
(fol. 7b) ses sers. “Alez, dit il, et tirez mon filz hors de la jaiole et le destruiez.” [24] “Sire, font il, a vostre conmandement.” Il vindrent a la chartre et en trestrent hors le vallet. Les portes furent ouvertes, et le palés empli des barons de la terre. Il virent que li felon enmenerent le vallet. Tout cil qui le virent en orent grant pesance en leur cuers, et [25] li pluseur s’en pasmerent parmi les rues. [26] Atant es vous que li premiers des sages vint. Il encontra le vallet que li serf enmenoient pendre. Li uns ne dist mot a l’autre. [27] Messires Bancillas s’en passe outre et vint au pié des degrez de la sale. Il descendi. Assez fu qui son cheval prist. Il s’en monta les degrez contremont et vint en
(fol. 7c) la sale et dist a l’emperëeur: [28] “Sire, Diex vous doint bon jour.” “Ja Diex ne vous beneie,” dist li emperieres. “Qu’est ce, sire, fet messires Bancillas, que avez vous? [29] Pour coi volez vous vostre filz destruire?” “Pour coi? fet li emperieres, assez y a por coi, [30] si le vous dirai. Je vous avoie mon filz baillié a doctriner et a aprendre, a vous et a vos compaignons, si conme a ceuls [31] que je moult amoie et [32] en qui je me fioie, si l’avez ja tenu set [33] anz. La premiere chose que vous li avez aprise si est que vous li avez tolue la parole; la seconde, que il vost prendre ma fame a force; [34] et des autres teches y a assez pour coi je le vueil fere destruire, [35] et tantost conme il sera
(fol. 7d) destruiz, sachiez que vous et vostre compaignon morroiz aprés.” “Sire, dit mestre Bancillas, entendez moi. [36] Vous dites que il a perdue la parole. Pour ce n’a il pas mort deservie, [37] ainz est groindre reson que l’en li face plus de bien [38] que l’en ne fist onques mes. [39] Et se il est veritez que il vousist prendre vostre fame a force, [40] pour ce n’a il pas mort deservie. [41] Sauve vostre grace et vostre parole, je ne croirai hui qu’il [42] le pensast onques.” “Par foi, dist li emperieres, [43] bien y pert conme cele qui est toute eschevelee et toute desciree.” [44] “Ha, sire, fet messires Bancillas, ele ne le porta pas en son cors nuef mois. Et se vous en tele maniere le volez destruire, [45] au-
(fol. 8a) si vous en puisse il avenir
conme il fist au chevalier de son levrier.” “Coment, dit li emperieres, avint il au chevalier de son levrier?” [46] “Sire, [47] je ne le vous dirai pas se vous ne respitiez vostre filz de mort, car ainçois que je l’eüsse conté, [48] seroit il morz, et puis ne vaudroit riens mes contes.” [49] “Par foi, fet li emperieres, je le respiterai.” [50] “Envoiez le querre,” fet li sages. [51] Li mesages corurent meintenant, qui [52] le ramenerent arieres. [53] Quant li baron oïrent la nouvele, si orent moult grant joie tuit. [54] Li vallez fu ramenez par devant son mestre, si l’enclina, puis fu remis en la jaole aval. “Or dites,” fet li emperieres. [55] “Volentiers, sire.”

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[2. canis]
[Bancillas’s, the first sage’s story]

“En ceste vile avint
(fol. 8b) par un jour qui est apelé le Roy des Diemenches (ce est le jour de la Trinité) que li chevalier se doivent aler deduire es prez. Li prez au chevalier [1] estoit desouz sa meson, et la meson estoit enclose de mur viel et ancien et decrevé. Il estoit riches et avoit un petit enfant em bercel de sa fame. Li enfés avoit trois norrices: [2] la premiere servoit de l’aletier; la seconde du baignier; la tierce des dras remuer et du couchier. [3] Li chevaliers avoit un levrier fort et isnel, [4] qui a toutes les choses ou il coroit ataignoit, et quanque il ataignoit il prenoit. [5] Li levriers estoit si bons [6] conme nus plus. [7] Li sires si l’amoit plus que nule chose. [8] Li chevaliers s’en fu issuz [9]
(fol. 8c) seur son cheval, l’espee ceinte, l’escu au col, la lance el poing, avec les autres es prez. [10] Et sa fame s’en fu issue hors de la porte sus le pont torneïz, et les norrices orent aporté l’enfant au pié du mur et monterent aus creniaus du mur par les degrez. Les chevaliers conmencierent a bouhourder l’un contre l’autre. Uns sarpenz fu norriz el mur, qui oï la noise des escuz et des lances, si s’en merveilla moult qu’il n’avoit mie aprise tel coustume. Si leva la teste et s’en issi hors du mur par une des crevaces. Li sarpenz vint vers le bercel, et le levrier fu sus le sueil de la sale, qui oï la noise du bouhourdeïz et vit le sarpent grant
(fol. 8d) et hideus et envenimé. Puis vint vers le sarpent et le prist par mi le gros du ventre. Le sarpent leva la teste et le mordi el col. De l’angoisse et de la douleur qu’il senti [11] si s’escria, et puis retorne au sarpent, et il saut par desus le bercel et le levrier aprés. Le bercel torna ce desus desouz, mes tant i ot d’avantage que li dui chevecel du bercel furent haut si que le visage a l’enfant ne toucha a terre. La bataille conmença du sarpent et du levrier. [12] Li sarpenz s’en vost foïr, mes le levrier le prist par mi le gros du piz, et le sarpent le mordi el costé. Le levrier cria de la doleur qu’il senti, si resailli par desus le brecel si que li briers en fu touz sanglanz
(fol. 9a) et toute la place, tant que en la fin le prist le levrier par mi la teste, si
[13] l’estraint de tout son pooir en tel maniere qu’il ocist le sarpent et fu morz. [14] Lors ot le levrier si grant ire en soi qu’il ne le vost mie a tant lessier, ainz [15] le trencha en trois tronçons, puis le lessa a tant. [16] Le briers fu touz sanglanz et la place entour, et [17] li levriers fu touz enflez et ensanglantez. Il s’en entra en la sale, si conmença a crier et a braire et a voutrer soi par mi les couches, et crioit conme cil qui moult estoit destroiz et angoisseus. Il fu vespres bas, et le bouhourdeïz des chevaliers remest, et s’en ala chascuns a son hostel. Les norrices descendirent contreval les de-
(fol. 9b) grez du mur et vindrent [18] en la sale, [19] si virent le bercel ce desouz desus et la place toute sanglante environ. Eles regarderent vers le levrier qui crioit, si cuidierent qu’il fust enragiez et qu’il eüst l’enfant mengié et estranglé, [20] pour ce qu’il le virent sanglant. [21] Lors conmencierent a crier [22] et a brere et a tirer leur cheveus [23] et a dire: [24] ‘Ha, lasses, que ferons? Que porrons nous devenir? Fuions nous en.’ [25] Cel conseil fu tost pris: eles fierent pié a terre [26] si s’en fuïent. En ce que eles passoient la porte, si encontrerent leur dame seur le pont torneïz. Ele les vit ledes et esfraees, si leur demanda que eles avoient, et eles respondirent que li levriers estoit enragiez, si avoit
(fol. 9c) son enfant estranglé et mort.

[27] A ceste parole jeta la dame un cri si se pasma. Et en ce que ele fu revenue, ses sires [28] fu venuz, [29] l’escu au col, qui ot deduit avec les autres. [30] Il vit sa fame qui li dist que son levrier estoit enragié et qu’il avoit son enfant estranglé. [31] ‘Certes, fet li sires, ce poise moi.’ [32] Il s’en vint en la court si descendi. [33] Assez fu qui son cheval tint et qui prist son escu et sa lance. Li levriers connut le cheval son seigneur et pensa qu’il estoit venuz. [34] Quant il l’oï parler, [35] si sailli en piez si malades conme il estoit, et vint encontre son seigneur et li mist les deus piez devant en mi le piz. Li sires [36] ot oï nouveles de son
(fol. 9d) levrier qui ot son enfant mort, si fu si angoisseus qu’il [37] trest meintenant l’espee et li coupa la teste, puis [38] la bailla a un de ses escuiers. Aprés [39] s’en monta en la sale et [40] regarda vers le bercel, si le vit tout sanglant et la place toute sanglante. [41] Il s’en vint cele part si trouva les trois tronçons du sarpent, et lors se merveilla moult conment ce pooit estre avenu. [42] Il vint vers le bercel si le vit ce desus desouz, et trouva l’enfant vivant. [43] Lors apela la dame et les genz qui estoient avec lui venuz pour vëoir cele merveille. [44] Il regarderent le sarpent [45] et sorent de verité que le levrier s’estoit combatuz pour l’enfant au sarpent, pour garantir l’enfant.
(fol. 10a) Lors dit li sires a la dame: [46] ‘Dame, mon levrier m’avez fet ocirre por nostre enfant que il avoit garanti de mort. Si vous oi creüe, dont je n’ai pas fet que sage. Mes ytant sachiez, ce que je ai fet par vostre conseil, [47] nus ne m’en donra penitance, mes je la me donrai.’ [48] Il s’assist et se fist deschaucier, et puis coupa les avanpiez de ses chauces, si s’en ala sanz regarder fame ne enfant que il eüst, et s’en foï en essil pour le courrouz de son levrier.”

[Frame resumes (to [58])]

Lors dist mestres Bancillas a l’emperëeur: “Sire, se vous par le conseil de vostre fame volez destruire vostre filz sanz le conseil de vos barons, si vous em puisse il ausi avenir conme il fist
(fol. 10b) au chevalier de son levrier.” “Par mon chief, dist li emperieres, [49] il ne m’avendra pas ainsint, se Diex plest, car il ne morra mes hui.” [50] “Sire, cinc cenz merciz, dist mestre Bancillas, [51] car touz li monde [52] vous en harroit et maudiroit.” Il fu tart, [53] la court departi, les portes furent closes. [54] Li emperieres vint a l’empereriz. Ele fu moult iriee pour ce qu’ele ne pot acomplir son bon. [55] Li emperieres [56] li demanda: [57] “Dame, que avez vous?” “Sire, fet ele, je sui iriee, non pas pour moi, mes pour vostre grant domage [58] et vostre grant avillance qui vous sourt, [59] si vous dirai por coi. C’est de ce deable que vous apelez filz, qui est venuz pour vous
(fol. 10c) desheriter et destruire. Si vous en puisse il ausi avenir conme il fist au sengler qui fu pris en gratant.” “Dites moi, fet li emperieres, conment il fu pris en gratant.” “Sire, volentiers.”

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[3. aper]
[The empress’s second story]

“En cest païs ot jadis une forest grant et merveilleuse et plenteïve de fruiz et de boschage. Si i fu uns sengliers norriz en repost, granz et parcreüz et orgueilleus, si que nus n’osoit entrer en la forest cele part. En mi cele forest [1] en une place avoit [2] un alïer qui fu bien chargiez d’alies mëures. Li sengliers s’en saouloit chascun jour une foiz. Un jour ot adiré uns pastres une soe beste, [3] et s’en fu foïe en la forest. [4] Li pastres vint cele part et vit l’alïer, si convoita moult des alies
(fol. 10d)
[5] qui jurent a terre. Il s’abessa si en comença a cueillir tant qu’il en ot plain son giron. [6] En tant conme il emploit l’autre giron, [7] es vous venir le sengler. Quant li pastres le vit venir, si [8] ot poour et il ot droit, si s’en vost foïr. Mes il vit le sengler si aprouchier de lui [9] qu’il n’osa, si fu si esbahiz qu’il ne sot que fere. [10] Lors regarda contremont l’alïer et monta sus. Li sengliers vint desouz l’alïer. [11] Il se merveilla moult conme [12] il n’avoit trouvé autant des alies conme il soloit, puis regarda contremont l’alïer si vit le pastour. [13] Lors s’aïra, si conmença a maschier [14] et a estreindre les denz et ses deus piez a aguisier contre la terre, [15] et feri des denz contre l’alïer si que touz trambla.
(fol. 11a) Ce fu avis a celui qui desus estoit qu’il deüst brisier par mi. [16] Li senglers n’ot que mengier. [17] Et li pasteurs regarda lors vers terre et vit que li senglers n’ot que mengier. Lors [18] mist la main a son giron si [19] lessa aler les alies, et [20] li sengliers conmença a mengier. En ce que li senglers menjoit, si s’endormi. Quant li pastres vit ce, si s’avala plus bas vers terre et [21] se tint a une des mains aus branches et a l’autre conmença a grater le sengler. [22] Li senglers se senti saous, si fleschi les deus piez derriere et puis ceuls devant, et cil conmença a grater [23] et se tint a la branche fermement, [24] et puis li mist la main desouz le ventre et conmença a grater tant que li senglers se coucha, [25] et
(fol. 11b) cil du grater. [26] Le sengler clost les eulz [27] si s’endormi. Cil li couvri sa teste
[28] de sa quote [29] et grata fort de la senestre main, [30] puis trest son coutel de sa gaine. Le pasteur [31] fu fort et delivre, si ne s’espoanta mie. Lors hauça le coutel et feri le senglier par mi le cors endroit le cuer. Il recouvra et [32] feri jusques au cuer, si l’ocist. Li pastres s’en ala, qui a ceste foiz n’en vost ore plus fere [33] ne depecier ne emporter.” [34]

[Frame resumes ([34] to [65])]

“Ore, sire, avez vous oï conme cil sengliers, qui estoit si fort et si grant, fu mort en gratant, [35] et uns chetis pasteurs, qui riens ne savoit, l’ocist. [36] Ausi est il de vous qui escoutez ces sages a parler. [37] Par leur blanches paroles poez vous savoir [38] qu’il vous vuelent
(fol. 11c) destruire et desheriter.” “Par mon chief, dame, vous dites voir. Mes sachiez que je ne les en croirai pas,
[39] car il morra le matin.” [40] “Certes, dit ele, vous feroiz que sages.” [41] Atant lessierrent jusques au matin que [42] les portes furent ouvertes. Li palés empli des barons de la terre. Li emperieres apela ses sers si leur dist: “Prenez mon filz si le menez destruire.” [43] Cil firent son conmandement, et quant il l’enmenoient par devant l’emperëeur, [44] si li demandent de quel mort il morra. “Pendez le,” dist il. “Sire, volentiers.” Il s’en partent et [45] s’en entrent [46] en la rue. Le cri leva des genz qui pitié en orent. Atant es vous un des sages, qui ses mestres estoit et avoit non Augustes [46a]. Il regarda son
(fol. 11d) deciple que l’en menoit a destruicion, si en ot pitié.
[47] Il s’en passa outre et vint au degré de la sale, si descendi [48] et vint devant l’emperëeur si le salua. Li emperieres ne respondi pas a son salu, ainçois le menaça et li dist: “Je vous avoie baillié mon filz a enseignier, [49] et vous li avez tolue la parole. [50] Par cel seigneur qui Diex a non, mar l’avez fet; [51] je vous en rendrai le guerredon.” “Sire, fet messire Augustes, [52] bien ai oï une partie des [53] choses coment eles sont alees. [54] Le maltalent de [55] vous n’est pas vers lui [56] pour ce qu’il ne parole; autre chose i a, [57] Mes se vous en ceste maniere le volez ocirre, si vous em puisse il ausi avenir conme il fist a Ypocras de son neveu.” “Et conment li en avint il,” dit
(fol. 12a) li emperieres.
[58] “Par foi, [59] fet il, se vus volez vostre filz respitier de mort mes hui, je le vous dirai, [60] puis en fetes vostre volenté quant je aurai dit.” [61] “Certe, fet li emperieres, je [62] le t’otroi.” Assez i ot mesages [63] qui corurent por l’enfant ramener, [64] puis fu mis en la jaole. [65] Lors conmença mestre Augustes son conte.

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[4. medicus]
[Augustes’s, the second sage’s story]

“Sire, Ypocras fu li plus sages [1] hons que l’en peüst trouver. [2] De tout son lignage il n’ot que un sien neveu. A celui ne vost il riens aprendre de son sens, et nepourquant le vallet se porpensa que aucune chose l’en convenoit il savoir. Si i entendi moult et y mist grant entente, [3] et tant fist qu’il en sot [4] et qu’il descouvri a son oncle Ypocras son
(fol. 12b) sens. [5] Ypocras vit que il sot assez. Ne demora gueres que noveles
[6] vindrent que li rois de Hongrie avoit un filz qui estoit malades, si manda Ypocras [7] qu’il venist a lui. [8] Et il li remanda qu’il n’i pooit aler, mes il li envoieroit un sien neveu. Il conmanda son neveu a atorner et li charcha un somier et li dist qu’il s’en alast [9] avec les mesages. [10] Il errent tant que il vindrent en Hongrie au roy. [11] L’en li amena l’enfant avant. Il le regarda, et puis le roy, et puis la mere. [12] Il la prist par la mein, puis la trest a une part, et [13] puis demanda a vëoir l’orine d’euls trois. L’en li monstra. [14] Quant il les ot veües, si pensa, puis apela la reyne et li dist: [15] ‘Dame, qui est cis enfés?’ ‘Sire, il est
(fol. 12c) mes filz et filz mon seigneur le roy.’ [16] ‘Dame, je croi bien qu’il est vostres filz, mes il n’est pas filz le roi.’
[17] ‘Si est,’ dit la reyne. ‘Non est voir, dit il, et se vouss ne me dites autre chose, je m’en irai ja.’ ‘Par foi, fet ele, se je savoie que vous le deïssiez a certes, [18] je vous feroie honte du cors fere,’ ‘Dame, je m’en irai; mes bien sachiés, se vous ne me dites qui l’engendra, il ne puet avoir garison.’ Lors s’en [19] part et conmença a croller le chief. [20] Quant ce voit la reyne, si le rapele et li dist: ‘Sire, je le vous dirai par tel couvent qu’il n’en soit parole.’ ‘Dame, dist il, non sera il.’

‘Sire, fet la dame, il avint que li quens de Namur passoit par cest païs, si le heberja
(fol. 12d) mes sires,
[21] et tant qu’il me plot et [22] qu’il jut a moi et engendra cest enfant. [23] Sire, pour Dieu, n’en parlez a nului.’ ‘Dame, non ferai je. Poison avoustre doit avoir. [24] Donez li char de buef a mengier.’ [25] Il firent son conmandement, et si tost conme il en ot mengié, [26] il fu gariz. Quant li rois vit ce que ses filz fu gariz, si dona a celui a sa volenté. Cil s’en parti meintenant touz liez et vint a son oncle. Li oncles li demanda: [27] ‘As tu l’enfant gari?’ ‘Sire, oïl.’ ‘Que li donas tu a mengier?’ ‘Char de buef.’ ‘Dont estoit il avoustres?’ ‘Sire, voire.’ ‘Sages es,’ dist Ypocras. [28] Ypocras i pensa a traïson et a felonie vers son neveu. Un jour l’apela et li dist: ‘Biaus niés, venez avec moi en cest vergier.’ [29] Et
(fol. 13a) quant il furent el vergier, si dist Ypocras: ‘Dex, conme je sent une bone herbe.’ Cil
[30] saut avant et s’agenoille et la quelt et li aporta et li dist: ‘Sire, vez la ci.’ [31] Ypocras la prist en sa main, puis passa un pou avant si dist: ‘Encore en sent je une meilleur.’ Cil vint avant pour cueillir la et s’agenoilla. Ypocras [32] se fu bien pourveüz, si trest son coustel et ocist son neveu. [33] Et encore fist il plus: il prist touz ses livres si les ardi. Aprés ce, Ypocras fu el mal de la mort, si ot menoison, c’est mesage de mort. Lors fist querre un tonnel d’un muy, si le fist emplir de la plus clere fontaine que l’en poïst trouver, [34] puis fist les fonz depecier en cent leus et y fist metre cent
(fol. 13b) broches, puis mist poudre entour chascune. Lors
[35] manda pluseurs genz si leur [36] dist: ‘Seigneurs, je sui a la mort par menoison. Esgardez, je ai fet cest tonnel emplir de la plus clere fontaine [37] que l’en puisse trouver. Or en treez toutes les broches.’ [38] ‘Volentiers,’ font cil. Meintenant les traient, [39] mes il n’en issi goute d’eaue. ‘Or poez veoir, dist Ypocras, conment je ai estanchié ceste fontainne, et moi ne puis estanchier. Je sai bien certainement que je me muir.’ Ne demora gueres puis qu’il fu morz.”

[Frame resumes (to [57])]

“Sire, fet mestre Augustes a l’emperëeur, or est Ypocras mort et ses niés morz et ses livres ars. Que li
(fol. 13c) grevast il ore se il eüst lessié son neveu en vie ou il eüst lessié ses livres?” “Certes, dit li emperieres, riens ne li grevast.” “Sire, autretel
[40] volez vous faire. Vous n’avez que un filz, et celui volez vous destruire pour le dit de vostre fame. Vous estes viel home et savez bien que jamés n’en aurez plus enfant. [41] Et se vos ainsint le volez destruire, [42] si vous en aviegne il ausint conme il fist Ypocras de son neveu.” [43] “Par mon chief, dit li emperieres, il ne m’en avendra pas ainsint, car il ne morra mes hui.” “Sire, dist mestre Augustes, cinc cenz merciz, car vos feroiz vostre enneur.” Ainsint fu respitiez cele nuit. Les portes furent closes. Li emperieres vint a l’empereriz.
(fol. 13d) Ele li fist lede chiere et ot les eulz enflez de plorer. Li emperieres
[44] li demanda: “Dame, que avez vous? Dites le moi.” “Sire, [45] fet ele, grant ire et grant mautalent.” [46] “Dame, fet li emperieres, pour coi?” “Sire, fet ele, mes dires n’i vaudroit riens. [47] Mes toutes voies me poise quant vous me preïstes onques pour si tost lessier.” “Coment, dame, dist li emperieres, sonmes nous ja au lessier?” [48] “Sire, fet ele, oïl, [49] car je n’esgarderoie mie vostre vilenie ne vostre abessement.” [50] “Dame, conment?” [51] “Sire, fet ele, je le vous dirai. [52] Je voi bien que tuit li home de vostre court [53] vous queurent seure, [54] et pour celui que vous apelez filz, que il vuelent qu’il ait l’empire. Et se ce
(fol. 14a) vient a ce que il le doie avoir, si [55] vous em puisse il ausi avenir conme il fist a celui qui jeta la teste son pere en la longaingne.” “Par amours, dame,
[56] qui fu cil? Dites le moi.” [57] “Sire, fet ele, que vaudroit mes dires?” “Dame, je vous pri que vous le me diez.” “Sire, volentiers, pour savoir se vous y penriez esperiment.”

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[5. gaza]
[The empress’s third story]

“Sire, en ceste vile ot un emperëeur qui ot non Octevien, qui ama plus or et argent que autre chose. Il l’ama tant qu’il en empli toute la tour du cressant. Si ot set sages en ceste vile. Li cinc furent alé en conquest. Et des deus sages qui remestrent, li uns en fu si larges et si despendanz [1] que il metoit ce qu’il a-
(fol. 14b) voit,
[2] et quant il ne pooit avoir, il acreoit. [3] Li siens n’estoit veez a nului. [4] Il avoit deus [5] filz et deus filles. Il se vestoit noblement [6] et tenoit son cors chier, et lui et ses enfanz. [7] Li autres sages si estoit si chiches et si avers [8] qu’il ne voloit riens despendre, [9] et quanque il pooit avoir, il retenoit. [10] A celui bailla Octeviens sa tour a garder et son tresor. [11] Li larges sages [12] apela un de ses filz une nuit et li dist: ‘Va, si pren un pic et je un autre, si alons a la tour du Cressant, si [13] picons tant que nous en treons du tresor, et de cel argent si nous en ferons bien et nous en aquiterons.’ [14] ‘Avoi, sire, dist li vallez, ce ne ferons nous mie. [15] Que ferions nous se nous [16]
(fol. 14c) y estiens trovez? [17] Nous et nostre lignage seriens morz et honiz.’ [18] ’Ce n’avendra ja, fet li peres, que l’en nous y truisse, si vueil que tu i viegnes.’ ‘Biau pere, je feré vostre volenté.’ [19] Il fist espés, [20] la lune ne luisoit pas, ne estoile ne paroit el ciel. [21] Meintenant s’en alerent [22] cele part, si conmencierent a piquier au pié de la tour, si piquierent tant qu’il entrerent enz. Puis se chargierent de cel avoir et en aporterent tant conme il porent, si lessierent leur piz en la tour et retornerent en leur meson et se decharchierent. L’endemain s’aquiterent, et vesti sa mesniee richement et fist redrecier ses mesons qui chëoient, et se maintint noblement. [23]
(fol. 14d) Li sages qui avoit la tour en garde
[24] vint a la tour pour savoir que riens n’atouchast. [25] Il la vit ledement esfondree et trouva [26] le pertuis. Lors ente dedenz si vit le pic et vit bien que l’en en ot de l’avoir porté. [27] Lors s’en vint ariere en son ostel sanz fere nul samblant. Puis fist fere une chaudiere a tainturier, si la mist devant le pertuis de la tour, et fist fere une grant fosse merveilleuse si l’i fist enfoïr. Puis prist gluz de la plus fort que il pot trouver, et glyse de mer [28] et poiz et plon, et fondi tout ensamble [29] si que la chaudiere fu toute plaine, puis prist branchetes et petites vergetes, si mist desus la chaudiere et la couvri de terre par de-
(fol. 15a) sus, puis s’en ala.

Aprés ce ne demora gueres que li larges sages ot despendu [30] ce que il ot aporté, si n’ot mes que despendre, [31] car il ot tenues granz courz et fet granz despens. [32] Une nuit [33] apela son filz si li dist: ‘Filz, alons encore a la tour.’ ‘Avoi, sire, dist le vallet, non ferons, soufrez vous.’ ‘Si ferons, dist li peres, alons y encore une foiz.’ [34] ‘Sire, dit li filz, [35] a vostre conmandement, alons en de par Dieu.’ [36] Il fu nuit et tart. [37] Il se mirent a la voie, li peres avant [38] et li filz aprés, tant qu’il vindrent a la tour. [39] Si conme li peres cuida entrer enz, si choï en la chaudiere et y avint jusques a la gorge. Il senti que la gluz et la glyse l’estraindrent
(fol. 15b) si les membres qu’il n’en pot un trere a soi. Il cria tout belement a son fil: ‘Je sui morz.’ Li vallez li dist: ‘Non estes, biau pere, je vous aiderai.’
[40] Le vallet s’abessa a la chaudiere, et [41] le pere li dist: ‘Trai toi ariere, [42] biau filz. Se tu y chiez, tu es morz.’ [43] ‘Que ferai je dont?’ [44] ‘Coupe moi, dit il, la teste.’ ‘Avoi, biau pere, ce ne feroie je en nule maniere, [45] ainz irai querre aide.’ ‘Ne puet estre, dit li peres, biau douz filz, fai tost ainz que autres genz me tiegnent, car puis que je aurai la teste coupee, ne serai je pas conneüz, ne mes lignages n’i aura ja reprouche.’ [46] Cil s’abessa [47] a la chaudiere a toute l’armeüre qu’il avoit aportée, [48] si li coupa la teste, puis fu si esbahiz que il la jeta en une des fosses son pere. [49]
(fol. 15c) Et quant les filles le sorent, si ot moult grant duel parmi l’ostel. [50]

Au matin, quant li sages avers se fu levez, il [51]vint en la tour et entra enz. Il regarda et vit celui en la chaudiere, qui ot la teste coupee. Lors [52] apela ses serjanz et l’en fist trere. Il regarda a destre et a senestre, sus et jus, mes ne pot estre conneüz. Lors [53] fist li sages prendre deus chevax [54] si le fist lier par les piez aus queues et [55] le fist trainer parmi Rome, et conmanda que celle part ou il verroient grant duel faire, tornassent et qu’il les preïssent. [56] Li vallet alerent sus les chevaus parmi Rome, [57] et tant qu’il vindrent par devant l’ostel au sage que l’en trainoit. Et ses filz estoient dedenz et ses
(fol. 15d) filles. Il issirent hors. Quant il virent leur pere trainer, si conmencierent a crier. Li freres ne les pot retenir, lors se feri d’un coustel par mi la cuisse. Cil qui alerent aprés le mort entrerent enz et demanderent le seigneur de la meson. Li vallez respondi qu’il estoit en la vile. ‘Et que ont donques ces puceles qui si crïent?’ ‘Seigneur, ne veez vous que je me sui navrez en la cuisse d’un coustel?
[58] Si avoient poour que je ne fusse afolez ou morz.’ [59] ‘Voirs est, sire, font cil, bien le vëons pour voir.’ [60] Atant se partirent cil de l’ostel et enmenerent hors de Rome celui que l’en trainoit, si l’enfoïrent.”

[Frame resumes (to [93])]

“Ore, sire, dist l’empereriz, li filz fu riches de ce dont li peres est morz a honte. [61]
(fol. 16a) Et la teste son pere, pour coi ne la mist il en un bel cimetiere? [62] Moult li fu ore pou ne du cors ne de la teste quant il ot l’avoir. [63] Autel vous di je de vostre filz: il pourchace qu’il soit empereres, et puis [64] qu’il aura la terre en sa main, [65] moult li sera pou de vous.[66] Et se vous ainsint le fetes que vous ne me vueilliez croire, [67] si vous en aviegne il ausi conme il fist a celui qui sa teste fu jetee en la longaigne.” “Par mon chief, fet li emperieres, [68] il ne m’en avendra pas ainsi, car je n’en croirai jamés nus. [69] Il morra le matin.” “Sire, fet l’empereriz, Diex vous en prest Force et courage.” Cele nuit passa jusques au matin que [70] les portes furent ouvertes. [71] Li emperieres fu levez. [72] Le palés empli des hauz barons
(fol. 16b) de la terre.
[73] Li emperieres conmanda a ses sers qu’il destruisissent son fil. [74] “Sire, font cil, a vostre conmandement.” Il le trestrent de la jaole et l’amenerent par devant l’emperëeur. Il li demanderent de quel mort il morroit. “Enfouez le [75] tout vif,” dist li emperieres. Cil s’en partirent atant et enmenerent l’enfant moult humblement parmi les rues de Rome. [76]

Atant es vous que li uns des mestres vint, qui ot non Lentillus. Cil encontra son deciple qui li enclina. Li sages en ot grant pitié, [77] si passa outre tant qu’il vint au pié des degrez de la sale, si descendi, et chascuns li cria: “Ha, mestre, pensez de vostre deciple.” Il [78] vint devant l’emperëeur si le salua.
(fol. 16c) Li emperieres ne respont pas a son salut, ainz dit que ja Diex ne li aïst. “Avoi, sire, dist mestres Lantillus, pour coi?” “Je le vos dirai, fet li emperieres, je vous avoie baillé mon filz a aprendre et
[79] a a endoctriner. La premiere doctrine que vous li avez fete, si [80] li avez tolue la parole; l’autre, que il voloit prendre ma fame a force. [81] Mes ja Diex ne vous en doint joïr, non feroiz vous, car [82] ja si tost ne sera destruiz conme vous morroiz aprés lui. [83] “Sire, fet mestres Lantillus, soufrez que je respoigne. [84] De vostre fame prendre a force, ce est fort a croire. [85] Mes se vous le volez ainsint destruire [86] et sanz achoison autre, [87] si vous em puisse il ausi avenir conme il fist au riche home de sa fa-
(fol. 16d) me.” “Coment
[88] l’en avint il donques?” dit li emperieres. [89] “Sire, je ne le vous dirai pas se vous ne respitiez vostre filz, [90] car ce que je diroie ne profiteroit riens se il estoit destruiz.” [91] Li emperieres conmanda que l’en le ramenast. [92] Assez fu qui corut pour le vallet, [93] et fu ramenez. Lors conmença mestres Lantillus son conte.

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[6. puteus]
[Lantillus’s/Lentillus’s, the third sage’s story]

“Sire, il ot en ceste vile un home qui fu de grant lignage, si n’ot point de fame ne nul hoir qui tenist sa terre aprés lui. Si vindrent si ami et li distrent qu’il preïst fame [1] de qui il eüst hoirs qui tenissent sa terre aprés lui. [2] Il dist qu’il la prendroit volentiers, [3] queïssent lui. Il li quirent. [4] Li preudons fu viel et remés, la dame fu bele et juene [5] et n’ot nul delit de
(fol. 17a) lui ne nul deport, et tant que [
6] ele ama en la vile. Et il estoit au tens de lors us et coustume que, se nus estoit pris errant parmi Rome puis que cuevre feu fust [7] sonnez, il ne fust ja si bien emparentez qu’il ne fust estuiez [8] jusques l’andemain que li sage fussent venuz en consistoire. Adont estoit fustez parmi la vile. [9] Et tant que la fame au riche home prist une nuit plet a son ami. Il fist moult espés cele nuit. [10] Ele jut emprés son seigneur et bien li membra de sa couvenance. [11] La dame faint et dist a son seigneur que ele estoit malade. Et tant qu’ele se leva de jouste lui et avala les degrez et desferma l’uis si trouva son ami.[12] Il la conmença a besier et a aco-
(fol. 17b) ler, [13] et firent leur volenté. Mes sens et jalousie entra el cuer a son seigneur, si se leva et devala conme ainz pot contreval, si les oï conseillier.
[14] Il fu iriez et ferma l’uis par devers lui, puis vint en haut aus fenestres et s’escria et dist: ‘Ha, dame, dame, riens ne vous vaut, car je ai oï vostre lechëeur avec vous.’ ‘Ha, sire, fet ele, pour Dieu merci, [15] certes non feïstes, sauve vostre grace.’ ‘Certes, fet il, si fis.’ [16] ‘Ha, sire, pour Dieu, aiez merci de moi. Ja sonnera cuevre feus.’ ‘Certes, fet il, je le voudroie.’ ‘Ha, sire, ja seroie je morte et destruite et seroie demain fustee, [17] et tuit mi parent seront honi.’ [18] ‘Dahaz ait, dame, qui en chaut.’ Ilec devant avoit un puis moult ancien. ‘Sire, fet
(fol. 17c) ele, se vous ne m’ouvrez l’uis, je me lesseré chëoir en cest puis.’
[19] ‘Certes, dame, je le voudroie bien.’ [20] ‘Par foi, fet ele, et vous ne me verroiz ja mes.’ Il fist moult espés, si que li uns ne pooit vëoir l’autre. [21] Devant l’uis avoit une grant pierre. Ele la leva seur son col et s’en vint au puis. [22] ‘Sire, dit ele, cuer ne puet mentir, a Dieu soiez vous conmandez.’ Aprés lessa chëoir la pierre el puis. ‘Ha, Sainte Marie, or est ma fame morte. Ja ne le fesoie je se pour lui chastier non, et pour lui esprouver.’ Cele s’en vint derriere l’uis, et cil s’en devala contreval et ouvri l’uis si s’en ala au puis, [23] et cele s’en entra enz et ferma l’uis. Endementres que cil apeloit sa fame et disoit: ‘Bele suer, estes
(fol. 17d) vous la aval?’ ‘Nenil, dit ele, je ne sui mie morte. [24] Vous voudriez ore que je fusse el puis.
[25] Or est aperte vostre lecherie et vostre mauvestie. Je n’estoie pas assez bele a vous.’ [26] ‘Ha, bele suer, ja oï je si grant duel de vous que je cuidoie que vous fussiez chëoiste el puis.’ [27] ‘Si m’aïst Diex, dit ele, vous n’i enterroiz.’ [28] ‘Ha, bele suer, pour Dieu merci, ja sonera cuevre feus, et se je sui [29] pris, je [30] serai demain fustez.’ ‘Si m’aïst Diex, dist ele, je ne demant plus. Ja sauront les bones genz quel vie vous me menez et avez menee grant piece.’ Atant es vous que cuevre feus sona et que les guetes vindrent qui le prirent et dirent a la dame: ‘Ha, dame, [31] ja n’oïsmes nous onques mes parler de
(fol. 18a) la vilenie vostre seigneur.’
[32] ‘Or poez, fet ele, vëoir [33] que je l’ai celee tant conme je poi. Or ne le vueil plus celer, ne vous ne savez mie la vie qu’il m’a menee.’ [34] ‘Par foi, dame, font il, et nous l’enmenrons [35] meintenant que cuevre feu sera sonnez.’ [36] ‘Certes, dit ele, bel m’en est.’ Atant lesse cuevre feu a sonner, et [37] cil le pranent et l’enmainent en la tour [38] conme cil qui juré en estoient, [39] et y fu jusque l’andemain que il fu fustez parmi la vile.”

[Frame resumes]

“Ore, sire, dist Lentillus a l’emperëeur, [40] atorna bien la dame son seigneur. Avez oï ceste deslëauté et ceste traïson que la dame fist a son seigneur? [41] Encore vous fera ceste pis, se vous la creez de vostre filz ocirre.” [42] “Par mon
(fol. 18b) chief, dit li emperieres, onques mes de si male traitresse fame n’oï parler.” “Sire, or gardez, fet Lentillus, que la vostre ne vous face ausi de vostre filz ocirre.” [43] “Non fera ele, fet il, se Dex plest.”
[44] “Dex vous en gart, sire,” fet li sages. “Par mon chief, dit li emperieres, [45] il ne morra mes hui.” [46] Atant lessierent ester jusques a tant qu’il fu soir, que les portes furent fermees. Li emperieres vint a l’empereriz. Ele li fist moult lede chiere. Li emperieres li demanda que ele avoit. “Sire, fet ele, je sui la [47] plus dolente riens qui vive. Je m’en irai le matin, ce sachiez.” “Non feroiz, dame, ainz remaindroiz, se Dex plest et vous.” “Sire, non ferai, car je m’en
(fol. 18c) vueil mieulz a aler a enneur que remanoir a honte. Et je sui juene fame et de grant lignage, si ne volez riens croire chose que je vous die. Et pour ce vous em puisse il ausi avenir conme il fist a celui qui livra sa fame au gros roi.” “Dame, par la foi que vous me devez, qui fu cil, dites le moi. Il m'est avis qu’il ne l’amoit gueres.” “Sire, que vaudroit mes dires? Vous ne volez riens fere que je vous die.” “Dame, fet li emperieres, si feroi.”

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[7. senescalcus]
[The empress’s fourth story]

“Sire, il ot un roi en Puille qui fu sodomites. Il desdaignoit fames seur toutes riens, et tant qu’il fu moult malades et enfla si que tuit si membre repostrent dedenz lui, tant que il
(fol. 18d) manda un fusicien, et cil vint si l’esgarda et vit s’orine. ‘Diva, fet li rois, se tu me puez guarir, je te donré terre et avoir tant conme toi plera.’ ‘Sire, fet il, granz merciz, et je vous guarirai moult bien.’ Li phisiciens s’entremist de lui tant que il fu gariz. Il li dona a mengier pain d’orge et eve a boivre de fontainne tant qu’il desenfla et que li membre s’aparurent. Un jour li dist qu’il li convenoit une fame. [1] ‘De par Dieu, dist li rois, je la ferai querre.’ [2] Il apela son seneschal et li dist: ‘Querez moi une fame.’ ‘Ha, sire, fet li seneschaus, je ne la porroie trouver, car eles cuident que vous soiez encore ausi enflez conme vous soliez estre.’ ‘Donez li avant vint
(fol. 19a) mars de mes rentes,’ fet li rois. ‘Sire, volentiers.’ Cil vint a sa fame et li dist: ‘Dame, il vous convient gaaingnier vint mars.’ ‘Sire, fet ele, conment?’ ‘Vous gerroiz, dit il, anuit seulement avec le roi.’ ‘Ha, sire, fet ele, merci. Certes, se Dex plest, non ferai.’ ‘Si feroiz, dit il, je le vous conmant.’ ‘Ha, sire, je ne le feroie pour terre mengier.’
[3] ‘Dame, qui gaaingnier ne velt, perte li viegne. Ce ne vaut riens, faire l’estuet.’ ‘Sire, fet ele, de par Dieu, vous feroiz de moi vostre volenté.’ Quant il fu anuitié, li seneschaus vint a son seigneur en la chambre ou l’en le couchoit. Li rois li dist: ‘Seneschaus, avez vous quise la fame que je vous dis?’ ‘Sire, oïl, mes ele ne veult pas que l’en la
(fol. 19b) voie, car ele est gentis fame.’ ‘De par Dieu,’ dist li rois. Li seneschaus meïsmes estaint le cierge et fist les serjanz touz issir de lëenz. Puis vint a sa fame, si
[4] vint devant le lit a l’emperëeur. [5] La dame se despoilla, puis se lança delez le roy. Li seneschaus ferma la chambre seur euls. [6] Li rois jut avec la dame tant qu’il fu pres de jour. [7] Li seneschaus vint a la chambre [8] si la desferma. ‘Dormez vous, sire?’ dit il au roi. ‘Seneschaus, je non.’ [9] ‘Sire, dit il, il convient que cele fame s’en aille, qu’ele ne soit [10] aperceüe.’ ‘Par mon chief, fet li rois, non fera.’ [11] ‘Sire, je avoie couvent a ses amis que ele ne seroit ja conneüe.’ [12] ‘De par Dieu,’ dit li rois. Cil se departi de la cham-
(fol. 19c) bre [13] et atendi tant qu’il fu jourz et que prime sonna, puis revint a la chambre et dist: ‘Dame, dame, car levez sus!’
[14] ‘Par mon chief, dist li rois, non fera.’ [15] Li seneschaus ne pot plus endurer. Meintenant ouvri les fenestres [16] et dist: ‘Ha, sire, pour Dieu, c’est ma fame.’ Li rois se leva en son sëant [17] et regarda le seneschal et puis la dame. Aprés ce fu iriez moult durement [18] et dist au seneschal: ‘Lierres, traitres, pour coi la me baillastes vous?’ ‘Certes, sire, pour guaaingnier les vint [19] mars.’ ‘Pour convoitise vous estes honiz, dist li rois. [20] Par mon chief, [21] se vous estes trouvez cëenz quant je serai levez, je vous ferai les eulz sachier et trainer a queue de cheval.’ [22] Li senescax
(fol. 19d) s’en foï, et li rois maria sa fame bien et bel en sa terre.” [23]

[Frame resumes ([23] to [42])]

“Ore, sire, n’avez vous oï [24] que li seneschaus fist par convoitise d’avoir? Or esgardez conment il l’en est avenu: il est desheritez a tout jourz [25] et sa fame bien mariee. Autresi vous devez vous prendre garde de vous, [26] car vous estes si convoiteus de oïr les paroles a ces sages, [27] et convoitise vous vaincra, si que vous en seroiz essilliez et chetis et honteus seur terre. De moi ne m’esmaie je mie, car mi ami me meintendront bien et richement. Or si vous en coviegne bien, car se vous ne vous y gardez, cil qui riens n’i ont ne riens n’i doivent avoir en seront seigneur.” “Par mon chief, dist li
(fol. 20a)
rois [sic, also], non seront, car je vous di que nule riens ne le puet garantir qu’il ne muire demain.” “Certes, sire, vous feroiz que sages.” Ainsint remest jusques l’andemain que li emperieres fu levez et les portes ouvertes. Le palés empli des hauz barons de la terre. Li emperieres [28] apela ses sers: “Alez, dist il, prenez mon filz si le m’afolez.” “Sire, a vostre conmandement.” Il s’en alerent a la jaole et l’enmenerent par devant l’emperëeur contreval les degrez et s’en aloient parmi les rues de Rome, et tuit cil qui le vëoient en avoient grant pitié. [29] Atant es vous que ses mestres vint qui avoit non Malcuidarz li rous. Il ot pitié de son deciple. Li vallez li enclina. Li mestres s’em passa outre [30] et che-
(fol. 20b) vaucha tant qu’il vint aus degrez de la sale. Il descendi; assez fu qui son cheval prist. [31] Il vient devant l’emperëeur si le salue. Li emperieres ne li rent pas son salu, ainz le maudit. Li sages li respondi: “Pour coi me maudites vous?” “Pour ce, fet il, que je vous avoie baillié mon filz,
[32] et vous li avez tolue la prole, et si vost prendre ma fame a force, [33] et pour ce le faz je destruire.” [34] “Ha, sire, fet li sages, merci. Se vous sanz jugement et sanz le conseil de vos barons le destruisiez, si vous em puisse il ausi avenir conme il fist a l’ancien sage de sa fame.” [35] “Et conmnt l’en avint il, [36] fet li emperieres, dites le moi, [37] car de l’ancien sage orroie je volentiers la vie, [38] et si orroie volentiers conment sa fame le de-
(fol. 20c) çut.” “Sire, ele ne le deçut pas, car il s’en garda moult bien conme sage.” “Dites le moi,” fet li emperieres. “Sire,
[39] envoiez dont vostre filz querre.” “Volentiers,” fet il. [40] Assez fu qui i corut. Il s’en revint arieres. [41] Li vallez enclina a l’emperëeur et a son mestre, [42] puis fu mis en la jaole. Et messires Maucuidarz conmença son conte.

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[8. tentamina]
[Malquidarz’s/Mauquidarz’s, the fourth sage’s story]

“Sire, il ot en ceste vile un sage viel et de grant aage, qui [1] moult ot riche terre et bone. [2] Si ami vindrent a lui et li dirent qu’il preïst fame, [3] et a painnes verroiz ja viel home qui volentiers ne praigne juene fame. Il leur dist que il la li queïssent. [4] Il li quirent juene et bele et blonde. [5] Li sages en ot eües deus. Il fu auques viel et ses aages passez. [6]
(fol. 20d) La dame fu avec son seigneur un an que onques folie ne li fist, ja soit ce que ele en eüst talent. Au chief de l’an vint au mostier de jouste sa mere si li dist: ‘Dame, je n’ai nul soulaz de mon seigneur.
[7] Or sachiez que je vueil amer.’ ‘Fui, fille, fet la mere, ce ne feras tu pas.’ ‘Certes, dame, si feroi.’ ‘Veuls le tu fere par mon conseil?’ ‘Oïl, ma dame.’ ‘Je lo que tu essaies avant ton seigneur.’ [8] ‘Volentiers, mere. Et de coi?’ [First trial] ‘Bele fille, [9] d’une seue ente qui est en vostre vergier, qu’il aime plus que touz les autres arbres. [10] Fai la couper, [11] puis verras qu’il te dira.’ [12] ‘Se Dex plest, il ne me tuera pas,’ dit la fille. [13] Atant s’en revint la dame a son hostel et demanda ou ses sires estoit. L’en li dist qu’il estoit [14] alez esbatre seur
(fol. 21a) son palefroi aprés son venëeur aus chiens. Ele apela lors un sien sergent si li dist: ‘Pren une coigniee et vien avec moi.’ ‘Dame, volentiers.’ Il entrerent el vergier, puis dist a celui: ‘Coupe moi ceste ente.’ ‘Ha, dame, dit il, je n’oseroie;
[15] c’est la bone ente mon seigneur.’ [16] ‘Si feras, je le te conmant.’ ‘Certes, dame, non ferai.’ [17] La dame prent la coigniee de la main celui, puis [18] conmence a ferir a destre et a senestre tant que ele [19] la coupa, et cil la tronçonna, puis li conmanda a aporter. Et en ce que l’en l’aportoit, ses sires vint. Il regarda [20] les tronçons de l’ente et les fueilles et les branches, si fu touz esperduz, puis dist: [21] ‘Ou preïs tu ceste branche?’ ‘Certes, sire, fet la dame, quant je ving ore du
(fol. 21b) moustier, l’en me dist que vous
[22] estiez alez en riviere aus oisaus; et je savoie bien que vous [23] estiez frilleus, et que cëenz n’avoit point de busche, si alai en cel vergier et coupai ceste ente.’ ‘Dame, dist li sires, je cuit que ce est ma [24] bone ente que vous avez coupee.’ [25] ‘Certes, sire, je ne ai se ce est ele.’ Li sires y ala garder si trouva que ce estoit ele qui estoit coupee, si retorna a sa meson et dist: ‘Ha, dame, [26] malement m’avez servi, [27] c’est ma bone ente que vous avez coupee.’ [28] ‘Ha, sire, fet la dame, [29] certes je ne m’en prenoie garde, et [30] je le fis pour ce que je savoie bien que vous vendriez touz moilliez et empleüz.’ ‘Dame, pour ce le lesserai ore, [31] atant que vous le feïstes pour moi.’ [32] Atant le lessierent [33] ester jusques
(fol. 21c) l’endemain que la dame se leva et ala au mostier et trouva sa mere
[34] et la salue. [35] La mere li demanda coment il li estoit, et ele dist: ‘Bien. Je ai mon seigneur essaié.’ ‘Coupas tu l’ente?’ ‘Oïl voir.’ ‘Et dist il riens?’ [36] ‘Certes, il [37] ne fist mie grant semblant qu’il fust iriez. [38] Certes, dame, or vueil je amer.’ ‘Non feras, bele fille, [39] lesse ester.’ ‘Certes, mere, [40] je ne m’en tenroie mie.’ ‘Or te dirai donques que tu feras. [41] Essaie le encore.’ [42] ‘Dame, volentiers.’ [43] ‘Si vous dirai de coi. [44] [Second trial] Il a une lissete qu’il aime plus que riens nee. [45] Il ne souferroit pas que nus des serjanz la remuast de jouste le feu, ne que nus la peüst se lui non.’ ‘Je l’ocirrai encore nuit.’ ‘Je l’otroi,’ dit la mere. Lors se part la mere de sa fille. [46]
(fol. 21d) La dame s’en vint en son hostel. Au soir
[47] fu li feus alumez et ardi cler. Les liz furent bien parez de beles coustes pointes et de biaus tapiz. [48] La dame fu vestue d’une pelice d’escureus toute fresche. [49] Meintenant [50] vint li sires de chacier. [51] La dame se leva encontre lui et li osta sa chape, puis li vost oster les esperons et s’obeï moult a lui servir. Puis li apareille un mantel d’escarlate et le [52] mist aus espaules son seigneur et li apareille une chaiere. [53] Li sires s’asist, et la dame d’autre part seur une sele. [54] Li chien se couchierent de toutes parz sus les liz, et la lissete au seigneur se coucha sur la pelice a la dame, qui toute fresche estoit. Quant ele vit ce, si fu moult corrociee.
(fol. 22a) Lors esgarda un des bouviers de la charrue, qui ot un coustel a sa ceinture. La dame sailli avant si le prist, puis en feri la lisse par mi les boiaus si l’ocist, si que ses peliçons en fu touz ensanglantez et li foiers. [55] Li sires esgarda cele merveille, puis dist: ‘Coment, dame, fustes vous si osee que vous osastes ocirre ma lissete devant moi?’ ‘Coment, sire, dont ne veez vous chascun jor coment il atornent nos liz? Il ne passera jamés deus jourz qu’il ne coviegne fere buee por vos chiens.
[56] Par la mort Dieu, je les ferrai ainçois de mes mains qu’il se couchent sus mes liz einsi. Or esgardez de ma pelice, que je avoie vestue nouvelement, quele ele est conraee.
(fol. 22b) Cuidiez vous que je n’en soie dolente?’ [57] Li sires respont: ‘Certes, dame, malement m’avez servi, mal gre vous en sai. Mes je lerai ore atant a ceste foiz, mes plus n’en parlerai.’ ‘Par foi, sire, fet la dame, vous feroiz de moi vostre plesir, car je sui toute vostre. Et sachiez que je me repent moult de ce que je ai fet.’ Lors conmença a plorer
[58] moult durement et dit: ‘Certes, moult m’en poise, car je sai bien que vous l’amiez moult.’ Quant [59] li sires la vit plorer, [60] si lessa atant. A l’andemain avint que la dame vint au mostier a sa mere. [61] La mere, quant ele la vit, si la salua et ele lui, puis la mist a reson et li dist: ‘Bele fille, coment vous est il avenu?’ ‘Dame, [62] bien,
(fol. 22c) mes or vous di je que je vueil amer.’
[63] ‘Ha, bele fille, si ne t’en porras pas tenir?’ ‘Certes, bele mere, non.’ ‘Bele douce fille, ja me sui je tenue toute ma vie a ton pere, que onques folie ne fis ne talent n’en oï.’ ‘ Ma dame, il n’est pas ainsint de moi [64] conme il fu de vous, car [65] mes peres estoit juenes hons [66] et vous juene meschine quant il vous prist, si vous estez joez ensamble. Mes je n’ai joie ne deduit du mien, [67] si m’en convient a pourchacier.’ [68] ‘Et qui ameras tu, bele fille?’ ‘Je vous dirai qui m’a fete prier: le prestre de ceste vile. [69] Je n’ameroie pas un chevalier, car il se gaberoit de moi et s’en vanteroit [70] et me demanderoit mes gages a engagier, [71] si en auroie honte.’ ‘Diva, bele fille,
(fol. 22d) car fai encore mon conseil,
[72] car tu ne verras ja si male venchance conme de viel home.’ ‘Dame, volentiers en ferai vostre conseil.’ ‘Bele fille, [73] essaie le encore, [74] si te dirai de coi. [75] [Third trial] Il sera demain joesdi et sera la veille de Nöel; si tendra tes sires [76] son Nöel et tendra [77] grant court, car tuit li vaillant home de ceste vile y seront, et tu seras au chief de la table. Et quant le premier mes sera asis, tu ferras tes cles es frenges de la nape, puis te leveras et traineras tout aprés toi. [78] Ainsint auras ton seigneur essaié par trois foiz.’ [79] ‘Ma dame, vous dites bien, et je le ferai ainsint.’ [80] Ele s’en parti atant et vint a son ostel, [81] et tant que le jour de Nöel vint.
(fol. 23a) Li vavaseur de la vile furent venu, et des autres
[82] assez. Les tables furent mises [83] et les napes et les salieres et li coustel, [84] si s’asirent. [85] La dame se sist au chief de la table. [86] Li sergent aporterent les premiers mes [87] et les saveurs avec desus la table. [88] En ce que les vallez conmencierent a trenchier, [89] la dame entort ses cles es frenges de la nape, puis se lieve et fet un grant pas avant, et [90] les escuelles espandent desus la nape. [91] Li sires fu moult iriez, et la dame tire a soi ses cles qui estoient entorteilliees en la nape. [92] ‘Dame, dist li sires, malement avez esploitié.’ [93] ‘Par foi, dit la dame, je n’en puis mes. Je aloie querre vostre bon coustel [94] qui n’estoit pas
(fol. 23b) sus table, si m’en pesoit.’ [95] ‘Ore, dame, de par Dieu, or nous aportez autre nape.’
[96] Puis aporta l’en mes, [97] si mengierent lieement. [98] Li sires ne fist pas samblant qu’il fust corrociez. Quant il orent mengié et les napes furent ostees, li sires les ot moult honorez, si se departirent. [99] Li sires [100] soufri cele nuit jusques l’andemain que li sires vint a [101] la dame si li dist: [Counter-trial] ‘Dame, dame, vous m’avez fet trois malveses entretes. Se je puis, vous ne me feroiz pas la quarte. Ce vous fet fere mauvés sanc, a seignier vous convient.’ Meintenant manda le seignëeur et fist fere le feu. Quant [102] la dame vit fere si grant feu, si demanda a son seigneur
(fol. 23c) qu’il voloit fere. [103] ‘Dame, fet il, je vous vueil fere seignier.’ ‘Ha, sire, fet ele, je ne fui onques seigniee en ma vie.’
[104] ‘A fere, fet li sires, l’estuet, car les entretes mauveses que vous m’avez fetes vous a fet a fere mauvés sanc.’ [105] Tantost la fist despoillier, vousist ou non, le destre braz et li fist chaufer au feu. Li saignierres la feri, et le sanc en sailli a grant randon. Une fleume en issi et une bestumee, tant que li vermaus sans en issi. Puis [106] fist le braz estanchier [107] et metre avant l’autre hors de la robe. La dame conmença a crier, mes riens ne li valut. Il fist le braz eschaufer, et li seignierres y feri. Autretel issi de celui braz conme
(fol. 23d) de l’autre, tant que le vermeil sanc en vint. Quant le sage [sic] vit le vermeil sanc, si la fist estanchier, puis la fist porter en un lit en sa chambre. [108] Ele conmença a crier et a braire. La dame manda sa mere et ele vint. Quant ele vit sa mere, si li dist: ‘Ma dame, morte sui.’
[109] ‘Coment, bele fille?’ ‘Dame, [110] il m’a fet seignier,’ ‘Ore, bele fille, as tu talent d’amer?’ ‘Certes, dame, je non.’ [111] ‘Fille, je te disoie bien: tu ne verras ja si cruel venchance conme de viel home.’ ‘Certes, dame, je n’amerai ja mes.’ ‘Par foi, [112] fille, tu feras que sage.’”

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[Frame resumes ([112] to [125])]

“Sire emperieres, fet messires Malcuidarz li rous, [113] dont ne fu cil sages? Sa fame li fist trois entraites le-
(fol. 24a) des.
[114] La quarte fust encore plus vilaine, car ele eüst amé le provoire de la vile. [115] Autretel vous di je de la vostre fame. Ele vous veult fere vilainne entrete, qui veult que vous ociez vostre filz. [116] Or esgardez comnt le viel sage se vencha bien.” “Certes, dist li emperieres, voirement fist.” “Sire, dont ne creez pas vostre fame de quanque ele vous dira.” [117] “Par mon chief, dit li emperieres, non ferai je.” [118] Atant lessierent les paroles. Il fu nuiz, les portes du palés furent fermees. [119] Li emperieres vint a l’empereriz qui moult iert iriee et maltalentive. Li emperieres li demanda: “Dame, que avez vous?” [120] “Coi, sire, je ai assez de coi, [121] sire, de ce que vous estes en-
(fol. 24b) trez en si male convoitise des paroles traiterresses et fausses oïr. Si ne fu mie de merveille se
Crasus convoita or et argent, ne se il morut par tele convoitise.” [122: only group v has the usual formulaic phrase] “Coment? dit li emperieres; [123] en fu il morz?” “Oïl voir.” “Or le me dites, foi que vous me devez.” [124] “Sire, que vaut ce que je vous di, car vous n’en retenez riens ne n’entendez?” “Dame, certes je l’entendrai bien, or dites [125].

[9. Virgilius]
[The empress’s fifth story]

“Sire, il ot en ceste vile un clerc qui ot non Virgiles, et fu moult bons clers de touz les set arz. Il sot moult de nigromance, [1] et par nigromance [2] fist il en ceste vile un feu qui tout jourz ardoit. Et ces povres fames [3] qui ces petiz enfanz avoient, [4] quant eles
(fol. 24c) ne pooient entrer chies ces riches homes en ces hautes mesons,
[5] qui dorment jusques a tierce jouste leur fames, [6] a cel feu se chaufoient [7] et prenoient de l’eve [8] chaude a leur enfanz baignier. [9] Dejouste celui feu avoit un home tresgeté de coivre, qui tenoit un arc [10] et avoit entesé a trere. El front de cel home avoit letres escrites qui disoient: ‘Qui me ferra, je trerai ja.’ En cele vile si ot un clerc de Lombardie, [11] gentil home et riche, et estoit a escole. [12] Cil clers vint vëoir le feu, [13] si l’esgarda [14] et vit les letres [15] qu’il ot el front escrites, [16] si les connut et sot qu’il i ot escrit: ‘Qui me ferra, je trerai ja.’ [17] Lors dist a ses compaignons: ‘Ferrai je le?’ ‘Sire, oïl, se il vous plest.’ [18] Cil meintenant
(fol. 24d) le feri, et cil tret el feu et tantost estaint. Sire, fist l’empereriz, ne fist il pechié?” “Certes, dame, oïl.” “Voire, fet ele, car ces povres fames y prenoient feu de toute la vile.” “Voirs est.” “Sire, encore fist il plus. Car a une des portes de Rome fist il un home tresgeté de coivre, et tenoit une pelote en sa main, et a l’une des autres portes en fust il un autretel,
[19] si jetoit li uns a l’autre la pelote au samedi a soir.” [20] “Ce fist il?” “Sire, encore fist il plus. Car il fist par nigromance seur un grant piler de marbre [21] un mirëoir [22] par coi cil de ceste vile vëoient ceuls qui voloient venir a Rome pour mal fere, et tantost conme il vëoient que aucune terre se voloit reveler contre Rome, si [23] mandoient les quemunes des viles
(fol. 25a) environ si s’armoient, puis [24] aloient sus cele terre si la destruioient.
[25] Tant que li rois de Puille en fu iriez [26] et qu’il asambla touz les sages honmes de sa terre, [27] si leur demanda qu’il feroit de Rome qui ainsint metoit toute sa terre a mal, [28] et qui estoit leur songiez et rendoit treü a Rome. [29] Ilec ot deus [30] bachelers qui freres estoient. [31] Li uns d’euls se leva et parla au roi et li dist: ‘Par foi, [32] sire, si vous voliez doner du vostre a nous, nous abatriens le mirëoir de Rome.’ ‘Par foi, dist li rois, [33] je vous donrai quanque vous demanderoiz, [34] por coi je le puisse avoir, se vous volez viles, se vous volez chastiaus, se vous volez terres.’ [35] Il respondirent: [36] ‘Nous nous metrons en vostre menaje.’
(fol. 25b) ‘Granz merciz,’ fet li rois.
[37] Li ainz nez dist: [38] ‘Sire, or nous fetes emplir deus [39] costerez d’or.’ ‘Volentiers,’ dit li rois. Empli furent. [40] Il les fist metre en une charrete fort a deus [41] chevaus, puis acueillirent leur voie jusques a Rome. [42] En cel tans estoit Crassus emperëeur de Rome, qui moult estoit convoiteus. Il vindrent si tart a Rome qu’il se prirent garde que nus n’en issoit. A une des portes enfoïrent un de ces costerez et a la seconde porte l’autre, [43] et puis se hebergierent en la vile [44] et firent granz despens. [45] Au matin quant li emperieres fu levez, il vindrent el palés et le saluerent et li distrent: ‘Sire, nous somes devinëeur de et trouvëeur de tresors, si somes venuz a
(fol. 25c) vous, car nous savons bien que en vostre terre en a assez.’ ‘Bien soiez vous venuz, dist li emperieres, et vous remeindroiz avec moi.’ ‘Sire, volentiers, mes nous voudrons avoir la moitié de ce que nous trouverons,
[46] et l’autre.’ [47] ‘Par foi, dist li emperieres, je le vueil bien. Ja n’i puis je riens avoir se par vous non.’ ‘Sire, dit li ainz nez, je songerai anuit et demain vous dirai que je aurai songié.’ [48] ‘Je l’otroi,’ dit li emperieres. [49] Il s’en alerent a leur ostel et furent moult a aise cele nuit. [50] Et quant ce vint a l’andemain, il vindrent a l’emperëeur, si li dist li ainz nez: [51] ‘Sire, je ai songié.’ ‘Or dites coi,’ dist li emperieres. [52] ‘Sire, je ai songié un petit tresor a la porte devers Puille.’ [53] ‘Alons y,’ dist li empe-
(fol. 25d) rieres. ‘Par foi, sire, volentiers.’ Li emperieres y vint a grant compaignie de gent avec lui. [54] Il amena minëeurs, si
[55] conmencierent a miner la ou li devinierres dist. Quant il orent miné, si [56] trouverent un des costerez qu’il y avoient mis. [57] Li emperieres le fist trere hors, [58] et puis fu partiz [59] si que li emperieres en ot la moitié et les freres l’autre. [60] Li emperieres fu moult liez et moult le convoita. Li autres dist qu’il songeroit. [61] Ausi trouva le sien costeret. [62] Li emperieres se loa moult d’euls. [63] ‘Par foi, seigneur, dist il, or sai je bien que vous estes veritable.’ [64] Il respondirent: ‘Certes, sire, c’est nëenz. [65] Nous en avons un songié [66] souz cel mirëoir [67] si grant [68] que a painnes le porroient
(fol. 26a) trere
[69] touz les chevaus qui sont en vostre court.’ [70] ‘Certes, dit li emperieres, ce ne voudroie je a nul fuer que je le mirëoir feïsse abatre, [71] car nous y vëons touz ceuls qui mal vuelent fere a ceste vile.’ Cil li respondent: ‘Sire, de ce n’aiez garde que il chiee, car nous le sauverons moult bien.’ ‘De par Dieu, dist li emperieres, donques y soiez le matin.’ [72] ‘Sire, volentiers.’ [73] Il prirent congié et s’en alerent a leur ostex. [74] Quant vint au matin, il vindrent au mirëoir [75] et comencierent a piquer [76] tant que le pié du mirëoir [77] fu touz desfoïz, [78] qu’il ne tint que seulement a un petit. [79] Quant ce vint a la nuit, il s’en partirent et li ouvrier autresi. Quant il fu mienuit, il aporterent le feu et le mirent [80]
(fol. 26b) el fondement, puis l’estouperent environ. Il ardi dedenz. [81] Et quant il virent que le feu fu bien espris, si se mirent a la voie. Il n’orent mie grantment alé quant le mirëoir chaï, [82] et que les pilers de marbre peçoierent par mi. [83] Il le virent bien chëoir, si s’en alerent grant joie fesant. [84] Au matin quant li haut baron de Rome et d’ileques pres s’asemblerent au mirëoir vëoir, [85] il regarderent et virent qu’il estoit cheüz par la convoitise l’emperëeur. Li emperieres vint [86] et fu moult courouciez de ceste mesaventure. Il fist querre les devinëeurs, mes il ne porent estre trouvé. Il se senti a deceüz, si ot moult grant poour. Li haut home de la terre li demande-
(fol. 26c) rent pour coi il avoit ce fet. Il ne leur sot que respondre, fors que pour la convoitise de l’or. Meintenant le prirent et li mirent un huis sus le ventre pour la grant ire ou il estoient de la grant perte que il avoient faite, puis prirent or fondu si li coulerent par la bouche et par les eulz et par les oreilles, et puis li dirent: ‘Or vousis, or convoitas, or auras et or perdras et par or morras.’”
[87]

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[Frame resumes ([87] to [108])]

“Sire, dit l’empereriz a l’emperëeur, or est cil morz a grant honte et par convoitise.” “Voirs est,” dit li emperieres. “Sire, or poez savoir de verité que ausi morroiz vous.” “Avoi, dame, dit li emperieres, qu’est ce que vous dites?” “Sire, je vous di voir. Dont n’est ce bien samblant que vous es-
(fol. 26d) tes si convoiteus de oïr et de retenir les paroles a ces sages que vous em perdroiz enneur et morroiz a honte?
[88] Bien morroiz a honte quant vous perdroiz la coronne a vostre vie pour un pautonnier que vous avez norri, que vous apelez filz. [89] Dahaz ait filz qui quiert le desheritement son pere.” “Dame, dist li emperieres, or ne vous courrouciez pas car, par la foi que je vous doi, [90] il ne me desheritera pas car il morra le matin.” “Certes, sire, ne vous poist mie: je ne vous en croi pas.” “Dame, sachiez que si fera.” [91] “Sire, Diex vous en doint bon talent.” Atant lessierent jusques l’endemain [92] qu’il fu ajorné. L’emperiere se leva. Les portes furent ouvertes et li baron asamblé ou palés.
(fol. 27a) Li emperieres apela ses sers et leur dist: “Prenez mon filz et le destruisiez.” “Sire, volentiers.” Il le trestrent de la jaole
[93] et l’amenerent amont el palés par devant l’emperëeur [94] si tost que onques ne li lessierent encliner son pere. [95] Il avalerent les gegrez et entrerent en la rue. [96] Tuit cil qui le virent en orent grant pitié. [97] Atant es vous que son mestre vint, qui avoit non Caton, [98] cil qui fist le livre pour coi li enfant vont a escole et sont enseignié. [99] Ses deciples li enclina quant il vint devant lui. [100] Il ot moult grant pitié de ce que il l’enmenerent ainsint, si passa outre moult bone erre et descendi au pié du degré de la sale; assez fu qui son cheval prist. Il monta contremont les
(fol. 27b) degrez tant qu’il [101] vint devant l’emperëeur si le salua. Et li emperieres
[102] li dist honte et vilenie et le menaça [103] et dist: “Je vous avoie baillié mon filz a aprendre, et vous li avez tolue la parole, et ma fame que il voloit prendre a force.” “Sire, dit Catons, [104] la parole ne di je mie qu’il ait perdue, car se ce estoit que perdue l’eüst, mal gre nous en devriez savoir. Mes de vostre fame qu’il vost prendre a force, si conme ele vous dit, et riens ne li est, se vous pour ce le destruisiez, si vous em puisse il ausi avenir conme il fist au borgois de sa pie.” “Et coment li avint il, dit li emperieres, de sa pie?” [105] “Par foi, dit Catons, [106] mes dires n’i vaudroit riens se vostres filz estoit morz. [107] Mes fetes le respitier et je le vous dirai.” “Je le
(fol. 27c) respiterai tant que vous aiez dit,” fet li emperieres. “Sire, or l’envoiez donques querre.” “Volentiers.” Mesages queurent pour le vallet ramener. Il s’en vint par devant l’emperëeur et par devant son mestre, si leur enclina, et puis fu menez en la jaole. [108] Lors conmença mestre Catons son conte.

[10. avis]
[Caton’s, the fifth sage’s story]

“En ceste vile, sire, dist Catons, ot un bourjois qui avoit une pie qui [1] moult bien parloit langue romainne. [2] Et quant le borjois venoit de hors, la pie li disoit [3] quanque ele savoit et ooit et veoit. Et sovent avenoit que la pie disoit [4] voir [5] au preudomme. Quant li amis a la dame avoit esté avec lui, [6] il l’en creoit bien. [7] Tant que li sires fu alez en sa marchëandise, si ne revint pas ce-
(fol. 27d) le nuit. La dame manda son ami. La pie estoit en haut en une quage atachiee a une perche. Il vint jusque a l’uis et n’osa entrer dedenz pour la pie.
[8] Il manda la dame. Ele vint a lui. Il lui dist: ‘Dame, je n’ose entrer enz pour la pie, qu’ele ne le die a vostre seigneur.’ [9] ‘Venez, fet ele, seurement, car ere en penserai bien.’ ‘Dame, fet il, volentiers.’ Il passa outre [10] et s’en entra en la chambre. La pie le regarda si le connut, car froiterie li avoit fet aucunes fois. Si dist: [11] ‘Ha, sire qui en la chambre estes repost, pour coi n’i venez vous quant mes sires y est?’ Atant se tut, et la dame [12] s’apensa d’une grant guile. Quant il fu anuitié, ele prist sa chambriere si li bailla un grant pot plain d’eve et un cier-
(fol. 28a) ge tout ardent et un
[13] maillet de fust. [14] Quant vint vers la mienuit, ele la fist monter sus la meson ilec endroit ou la pie estoit, si conmença durement a ferir sus les escengles. Quant ele avoit assez feru, si prenoit le cierge et le boutoit par entre deus escengles, qui donnoit clarté a la pie en mi le vis. Aprés prenoit l’eve si versoit sus la pie. Itel vie li mena jusque au jour. [15] Quant il fu ajorné, si descendi le maillet en une main et le cierge en l’autre, [16] et li amis a la dame s’en ala. [17] Ne demora gueres aprés ce que li sires vint. Il vint tout droit a sa pie, si l’aresona et li demanda: ‘Amie, coment vous est? Menjiastes vous hui?’ ‘Sire, [18] dit la pie, li amis ma dame a anuit esté tou-
(fol. 28b) te nuit
[19] cëenz et jeü [20] avec li. [21] Il n’a gueres qu’il s’en parti. Je l’en vi aler par ci.’ [22] Li sires regarda la dame de felons eulz. Lors se torna vers sa pie [23] et li dist: ‘Certes, bele tres douce amie, je vous en croi bien.’ [24] ‘Sire, fet la pie, il a anuit toute nuit tonné et pleü, et li esparz me venoit de toutes parz en mi les eulz, et pou s’en faut que je n’ai anuit esté morte.’ Li sires regarda la dame et ele lui. ‘Par foi, fet li sires, il a anuit fet moult bele nuit et moult clere.’ ‘Certes, sire, fet la dame, [25] ce a mon, une des cleres de cest an.’ [26] Li sires demanda a ses voisins et il li dirent autresint. [27] La dame vit son point qu’ele pooit parler et dist a son seigneur, oiant ses voisins: ‘Ore, seigneur, or
(fol. 28c) poez oïr de coi mes sires m’a tout jourz blamee et batue, qui creoit sa pie de quanque ele li disoit. Orendroit li dist ele que mes amis avoit anuit toute nuit jeü avec moi. Certes ele menti autresi bien conme du tans.’
[28] Li sires fu iriez de ce que sa pie li avoit menti du tans, [29] autresi cuida il que ele li eüst menti de sa fame. [30] Lors vint a sa pie [31] si li dist: ‘Par mon chief, vous ne me mentiroiz ja mes.’ Si la prist [32] et li rompi le col. Quant il ot ce fet, si fu si esbahiz [33] qu’il ne sot que dire. Lors osta la quage ou la pie estoit, si vit les escengles desatirees. [34] Puis prist une eschiele si monta desus la meson et vit le pot que la chamberiere y avoit lessié, et vit la cire degoutee sus
(fol. 28d) les escengles, et que la couverture fu desatiriee, et vit le grant pertuis par ou ele avoit bouté le cierge tout ardant. Lors s’apensa
[35] de la traïson que sa fame li avoit fete, si conmença a fere grant duel et dist: ‘Ha, las chetis, pour coi crui je ma fame?’ [36] Lors enchaça sa fame hors de sa meson.” [37]

[Frame resumes ([37] to [59])]

“Ore, sire, fet mestres Catons, [38] se il se fust pourveüz avant, il n’eüst pas sa pie ocise. [39] Or se repent et fet son duel. Or a chaciee sa fame pour ce qu’il avoit ocise sa pie par son conseil. [40] Tout autresi voi je et oi que l’empereriz se traveille coment vostre filz soit destruiz, et se vous la creez de se sanz autre conseil croire, si vous aviegne il ausi conme il fist au borjois de sa pie.” “Par mon chief,
(fol. 29a) dist li emperieres,
[41] il ne m’en avenra pas ainsint.” “Sire, fet Caton, vous feroiz bien. [42] En ne doit mie son enfant ocire pour le dit de sa marrastre.” [43] Atant lessierent ester jusques le soir que [44] les portes furent closes. Li emperieres vint a l’empereriz. Ele li fist malvese chiere. [45] Li emperieres la regarda, qui moult l’ama, si li dist: “Dame, que avez vous, [46] ce me dites.” [47] “Certes, sire, [48] je m’en irai le matin a mes amis [49] et a mes parenz, car je sui de haut lignage.” [50] “Dame, pour coi? Dites le moi.” [51] “Par foi, sire, je sai bien que vous seroiz destruiz par tans, [52] car vous ne volez nul conseil croire. Et pour ce [53] vous em puisse il ausint avenir conme il fist au roy Herode, qui
(fol. 29b) tant tint en despit le dit de sa fame pour le conseil des set sages que il em perdi la veüe.” [54] “La veüe, dist li emperieres, coment? [55] Ce voudroie je bien oïr.” [56] “Pour coi le vous diroie je? Vous n’en feriez riens.” “Par mon chief, dame, vous le diroiz.” [57] “Volentiers, sire, [58] puisqu’il vous plest.” [59]

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[11. sapientes]
[The empress’s sixth story]

“Sire, il ot en ceste vile un emperëeur [1] qui ot non Herode, si avoit set sages si conme il i a encore. Mes il avoient tel coustume mise en ceste vile que quiconques sonjoit, il venoit aus set sages et leur aportoit un besant d’or, et [2] il li disoient son songe et li esponnoient ce qu’il avoit songié et ce qu’il en pooit avenir. [3] Si avoient tant de l’or et de l’avoir que il
(fol. 29c) seurmonterent l’emperëeur de richesce. Li enperieres avoit tel maladie que, quant il voloit chevauchier hors de Rome,
[4] il avugloit ne n’en pooit issir. [5] Tant qu’il apela les set sages et leur dist un jour: [6] ‘Seigneur, car me dites ce que je vous demanderai.’ Il respondirent: ‘Volentiers.’ [7] ‘Pour coi, dist il, m’avuglent li oeil quant je doi issir hors de ceste vile?’ [8] ‘Sire, dïent li sage, de ce que vous savons nous mie respondre sanz terme.’ [9] ‘Y covient il terme?’ dit li emperieres. ‘Par foi, sire, oïl.’ [10] ‘Et je le vous doing jusque a uit jorz.’ [11] ‘Sire, ce seroit pou, mes jusques a quinze.’ ‘De par Dieu,’ dist li emperieres. [12] Atant s’en partent. Il [13] ne voudrent pas les-
(fol. 29d) sier lonc sejour de la demande de l’emperëeur, ainz [14] quirent conseil a pluseurs genz tant que l’en leur dist que uns enfés estoit en la terre, qui n’avoit onques eü pere, qui rendoit reson de quanque l’en li demandoit. Il
[15] issirent hors de Rome et vindrent cele part ou il leur fu enseignié, et tant qu’il [16] le trouverent a une vile ou il [17] estoit mellez a ses compaignons qui li reprochoient qu’il iert nez sanz pere. Li sage s’aresterent ilec et demanderent qui il estoit et conment il avoit non. Cil respondirent qu’il avoit non Mellin. Ilec vint meintenant un preudome aus sages, qui estoit esgarez d’un songe qu’il avoit songié, [18] et tenoit un besant
(fol. 30a) en sa main. [19] Mellins li vint a l’encontre si li dist: ‘Je sai bien ou tu vas et que tu demandes et que tu aportes.’ Li sage l’escouterent. ‘Tu as songié, dist Mellins, un songe dont tu es esgarez, et pour ce en vas tu a Rome aus sages
[20] et leur portes un besant. Je le te dirai, si emporteras ton besant. [21] Tu as songié que en mi ton foier a une fontainne et que tuit cil de ton vignez en estoient servi et abevré. La fontainne senefie un grant tresor qui est desouz ton foier. Va si le fai foïr, si en seras riches et toute ta lignee, se toluz ne t’est.’ [22] Li preudons revint en sa meson et li sages et li vallez. Li preudons manda ovriers et fist foïr tant qu’il trouverent le tresor si l’en tre-
(fol. 30b) rent.
[23] Moult en i ot a grant plenté. [24] Li sage em prirent a leur volenté et au vallet en offrirent, mes il n’en ot cure. Li sage s’en partirent et enmenerent le vallet avec euls. Quant il furent hors de la vile, si li demanderent se il sauroit a dire a l’emperëeur pour coi la veüe li troubloit quant il voloit issir de Rome. Mellins dist: ‘Oïl bien.’ Lors l’enmenerent a Rome devant l’enperëeur au terme que li jourz fu pris de respondre. Li uns d’euls parla et dist: ‘Sire, nous somes venuz a nostre jour de respondre [25] pour coi la veüe vous trouble quant vous volez issir hors de Rome.’ [26] ‘Voirs est,’ dit li emperieres. ‘Sire, [27] nous avons amené un enfant qui por nous respondra.’ ‘Prenez
(fol. 30c) vous seur vous ce que il dira?’ ‘Sire, oïl.’
[28] ‘Or die, je l’orrai volentiers.’ [29]
‘Sire, fet Mellins,
[30] menez moi en une chambre et ilec parlerai a vous.’ ‘Volentiers,’ dit li emperieres. [31] Lors l’enmena en sa chambre, et Mellins li conmença a dire: ‘Sire, entendez moi. Desouz vostre lit a une chaudiere qui boust a granz ondes, et si i a set boillons, et tant conme les set boillons durront, et conme celle chaudiere y soit, ne poez issir hors de Rome [32] que vus puissiez chemin ne sentier connestre. [33] Et se vous ostez la chaudiere [34] sanz les boillons esteindre, [35] vous avez perdue la veüe a tout jourz.’ ‘Par foi, biax douz amis, fet li emperieres, il covient que vous m’en conseilliez.’ ‘Sire, volentiers. Fetes le lit os-
(fol. 30d) ter,
[36] si faites fouir.’ Li enperieres fist le lit oster. [37] Aprés il fist fouir tant que la chaudiere fu trouvee. Li sage i furent et pluseurs genz qui ce virent. [38] Li emperieres parla au vallet et li dist: ‘Vallet, fet il, or sai je bien que tu es sages. Or veil je des ore en avant ovrer par ton conseil.’ ‘Sire, dit il, granz merciz. Or fetes toutes ces genz tirer ariere et issir de cëenz.’ Meintenant s’en alerent, [39] puis li dist Mellins: ‘Sire, veez vous ces set boillons? Ce senefie ces set deables que vous avez chascun jour a vostre conseil.’ ‘Ha, Dex, dit li emperieres, [40] porroie les je oster d’entour moi?’ ‘Certes oï bien,’ dist Mellins. [41] ‘Puis les je vëoir ne oïr ne touchier?’ ‘Sire, oïl.’ [42] ‘Et qui sont il, biaus
(fol. 31a) douz amis? Dites le moi.’ ‘Sire, volentiers. Par foi, [43] ce sont cist set sages que vous avez environ vous. Il sont de vostre terre plus riche que vous n’estes,
[44] et si ont acoustumé une mauvese coustume dont la terre est perdue, et il en sont riche. Car [45] se nus hons, soit chevaliers ou borjois, songe un songe, il covient a force que il viegne aus sages et aport un besant et leur doingne pour espondre son songe. Et [46] se il autrement le fesoient, il cuideroient estre honi. Einsi leur ont fet li sage entendre. [47] Et pour ce que vous avez ceste mauvese coustume souferte, vous trouble la veüe a l’issir de ceste vile. Or prenez le plus viel des sages et li fetes la teste couper, et li plus
(fol. 31b) granz des boillons esteindra.’
[48] ‘Par foi, dist li emperieres, et je le ferai.’ [49] Meintenant fist amener le plus viel a force de gent, si li fist la teste couper, et taantost le greigneur des boillons estaint. [50] Li emperieres ala garder a la chaudiere, si trouva estaint le grant boillon. [51] ‘Par mon chief, fet il, Mellin, or vous croirai ge [52] des ore en avant de ce que vous me diroiz.’ [53] Lors fist couper la teste a touz les sages, [54] et toute la chaudiere estaint et devint toute froide. [55] ‘Par foi, sire, fet Mellin, or poez la chaudiere oster, si lavez vos mains dedenz et tout vostre cors.’ [56] ‘Volentiers,’ dit li emperieres. [57]
Li emperieres fist ainsint conme Mellins li conmanda, [58] quant la chaudiere fu ostee et la
(fol. 31c) fosse emplie; et li liz fu refez einsint conme il seult. ‘Sire, dist Mellins, or poez monter et chevauchier.’
[59] ‘Par chief, dit li enperieres, si ferai je ja. Mes vous chevaucheroiz avec moi.’ ‘Sire, dist Mellins, volentiers.’ Les seles furent mises. Li emperieres et Mellins monterent, et li baron et li borjois de la terre monterent aprés [60] pour vëoir la grant merveille. [61] Bien avoit cinc [62] ans passez que li emperieres n‘estoit issuz de Rome. [63] Quant vint a la porte passer, Mellins fu dejouste lui, si li dist: [64] ‘Sire, vous iroiz avant.’ Lors hurte le cheval des esperons, si passa la porte que onques ne li troubla la veüe. Quant li emperieres vit ce, si [65] ot moult grant joie. Lors prist
(fol. 31d) Mellin si le comença a besier et a acoler et le retint avec lui.
[66] Et tuit li autre [67] li firent grant feste quant il virent que li emperieres ot sa veüe enterine si conme il seult.” [68]

[Frame resumes ([68] to [89])]

“Sire, avez vous oïe ceste aventure qui avint a Herode de ses set sages, qui si l‘avoient avuglé par leur guile et par leur barat, et pour ce qu‘il les creoit trop? [69] Et se vous creez les voz de vous destruire et de vous tolir l‘empire, ausi vous em puisse il avenir conme il fist a Herode.” “Il ne m‘en avendra pas ainsint, car je ne les crerai pas [70] tant que je en perde ne que je en soie avuglez.” [71] L‘empereriz respont: “Dex vous en gart.” Atant trespasserent cele nuit, tant que vint au matin que li emperieres se leva et [72]
(fol. 32a) l‘empereriz. Les portes furent ouvertes. [73] Li emperieres conmanda que l‘en menast destruire son fil. [74] Atant es vous l‘autre sage venu, qui [75] ot non Josse, et descendi au degré de la sale de son palefroi; assez fu qui li tint. Puis monta contremont, et puis salua l‘emperiere et les autres barons. Aprés dist a l‘emperëeur: [76] “Sire, moult me merveil de vous qui sages hons estes, quant vous pour le dit d‘une fame volez vostre filz destruire sanz jugement. [77] Sachiez, vos fetes la plus grant merveille que feïst mes si hauz hons conme vous estes, et sachiez que vous en estes moult blamez de vos barons [78] et d‘autres genz quant vous tant creez l‘empereriz. [79] Sachiez qu‘ele ne aime pas
(fol. 32b) vostre enneur ne vostre bien quant ele ainsint vostre filz veult destruire et ocirre.
[80] Si pri a Dieu [81] que ausi vous en aviegne il conme il fist a un visconte qui ja fu, qui morut de duel de ce que il avoit un pou blecié sa fame el pouce d‘un coustel.” [82] “Coment fu ce, biau sire? Dites le moi par amitié.” “Sire, [83] je le dirai volentiers, mes que li enfés soit respitiez de mort.” [84] “Amis, dit li emperieres, si sera il, [85] car cest essample vueil je oïr et retenir.” [86] Lors dist a ses serjanz: “Ramenez moi mon filz.” [87] Et cil l‘ont tantost ramené, car il n‘avoient pas grant talent de lui destruire, mes la volenté leur seigneur leur convenoit fere. [88] Li enfés fu ramenez. [89] Li sages parla et devisa ainsint
(fol. 32c) sa parole.

Back to Shortcuts
Back to Home Page and Site Plan



[12. vidua]
[Josse, the sixth sage‘s story]


VARIANTS

(Numbers refer to the bracketed numbers marking the beginning and end of variant readings in the text, or the beginning of additions. Spellings [non-edited] are those of the respective manuscript group representative)

1 to 51 in Frame: missing in Ca [resume reading base text]
1 Frame to 13 aper: missing in Mo [resume]
1 Frame to 42 gaza: missing in G1 [resume]
1 Frame to 88 gaza: missing in Ar [resume]
2-4: see Appendix 1 [resume]
3: .viij. z [resume]
5-21: ly premier out a none Bancillas ly secunde fut apalle Augustes ly terz out a none Lentulus ly quarque out a non Mauquidras ly rous ly quint out a non Cathons de Rome ly sixe e cil out a non Jesse ly septine out a non Anchilles ly amperur diste bens sengurs joe bayl mon fiz neny a chacun de vus mes a vus .vij. Ha [back to translation] [resume]
6-7: om[itted in] z [resume]
(Note: In «conme», «conment», «conmencer» etc., the graphy «con-» is clear and consistent throughout and has not been emended to «cou-».
8-28: damaged in C2 [resume]
9-10: om. z [resume]
11-12: om. z [resume]
13-14: om. z [resume]
15-16: qui fu biax sor toutes devises z [resume]
17-18: om. z [resume]
19: le me bailliez et que vous u [resume}
20-38: missing in E [resume]
21: end of Ha variant beginning at [5] [resume]
22-23: om. u [resume]
22-24: om. xz [resume]
25-27: por l’aucoison des femmes z [resume]
26-27: om. x [resume]
28: end of C2 damage beginning at [8] [resume]
29-30: om. wz [resume]
31-32: om. z [resume]
33-34: astronomie apres nigromance et musique arismetique gramaire rectorique et phisique w; astronomie nigromance geometrie rectorique musique arismetique dyaletique y; astronomie musique nigromance arismetique rettorique dialetique et gramaire z [resume]
35-36: en my la sale ou ilz coucherent le varlet w [resume]
37-39: ainsi le tindrent .iij. ans et tant qu’il se seut bien recongnoistre es .vij. ars apres ces .iij. ans wy; ainssi le tindrent tant que il se sot reconnoistre es .vij. ars apres les .iij. ans premiers il x; tant que il sot en .iij. ans premiers apres z [resume]
38: end of E variant beginning at [20] [resume]
40-47: om. Ha [resume]
41-42: om. z [resume]
43-44: om. xz [resume]
45-46: li demanderent z [resume]
47: end of Ha variant beginning at [40] [resume]
48-49: qu’il ce mariast qu’il avoit terre asses por .iiij. anfans c’il les avoit z [resume]
49: prenez fame y [resume]
50-52: om. z [resume]
51: here begins Ca [resume]
52: boinne et biele et sage et de gentil lingnage v [resume]
53-54: om. z [resume]
55-56: om. z [resume]
57: vinrent aveuc li a Roume a grant route de gent et de soumiers et furent requelli a grant joie et a grant fieste ilv [resume]
58-61: om. x [resume]
59-60: et le crei de tout v [resume]
62: lor parenz furent ensemble et l’empereres et u [resume]
63-64: om. vz [resume]
65: et si n’aves plus d’enfans on le m’a bien dit par la foi ke je vous doi v [resume]
66-67: om. z [resume]
68: .iij. v [resume]
69-70: om. z [resume]
71-72: om. xz [resume]
73: querres mon fil et si le m’amenes v [resume]
74-75: om. z [resume]
76: il descendirent au piet del degret de la sale et atacierent lor palefrois dehors puis monterent amont quant li sage les virent si les connurent bien et v; ilz descendirent au pie du degre de la sale si monterent amont et quant les sages les virent si les accolerent w [resume]
76-77: om. z [resume]
78-79: que il remisent a lui et li amenassent son fil x [resume]
78-80: tout le message z [resume]
81-82: lor firent grant joie et l’enfans avec et distrent que si feroient il volentiers z [resume]
83: et li cieus fu pieus et nes et les estoiles resplendissans v [resume]
84-85: om. w [resume]
86: quant il venra la dedens les .vij. premerains jors que nous venrons a court v [resume]
87: k’il ne puet escaper par autre maniere ne nous aussi v [resume]
88-90: om. z [resume]
89: et coi i vees vus font il vwy [resume]
91: mourray et vous seres mis a destruction et se je m’en puis tenir w [resume]
92-93: om. z [resume]
94-95: om. z [resume]
96-97: chascuns de vous en soi se il u [resume]
98-99: certes fait mesires Bansillas ge passerai mult bien le mien et ge le mien dist chascuns dont est bien uwyz; lors respondi cascuns et dist par foi je passerai bien le mien v; certes fait maistre Bancillas je passerai bien le mien et je bien fait chascuns dont serons nous delivre x [resume]
100-101: om. z [resume]
102: je mech mon cors et ma vie en vo manaide et il li otriierent tout ensamble vwxy [resume]
102-104: missing in Ha [resume]
103: si se coucierent apres souper v [resume]
105-106: om. z [resume]
106-107: li valles et li maistre et li messages ont tant ale et esploitiet et tant qu’il sont venus a Romme li maistres se parti del vallet si s’en ala au bois Saint Martin et li valles et li messages entrerent en la cite v [resume]
108-109: il ala ancontre il et sa compaignie z [resume]
109-110: et alerent encontre le vallet li empereres encontra son fil en mi la rue mais ses fiex ne la salua pas ains l’enclina li empereres v; il chevauchierent tant que il le salua et x [resume]
111-113: om. v [resume]
112-113: om. z [resume]
114-115: om. vz [resume]
116-119: missing in Ha [resume]
117-118: om. vz [resume]
120-121: om. z [resume]
122: et doi haut baron la diestroient v [resume]
123: est chou chi vostres fiex que je voi dame oil mais il ne puet parler ce poise moi sire dist elle vwx; fait elle a l’emperiere est ce vostre filz ouil dame fait li emperieres mes il ne parle mie sire y [resume]
124-125: lors s’en ala au commandement de son pere elle l’enmena en sa chambre et z [resume]
125-126: om. xy [resume]
127-128: om. xy [resume]
129: si le vit si bel et si coloure que onques mais nule plus bele riens d’omme n’avoit veu x [resume]
130-131: et por le grant sens que j’ai oi dire de vous sui je si sosprise de vous que je ne poroie longement durer ne vivre sans vous v [resume]
130-132: et por le grant sens que vous avez u [resume]
133-134: om. wz [resume]
135-136: sa robe et la z [resume]
137-138: om. v [resume]
139-140: li emperieres oi le cri grant et hideus et li baron qui estoient en la sale si s’en vindrent vers u; li empereres oy le cri lait et hideus et li barons qui la estoient assemble il accorurent cele part et entrerent en x; et commence a crier harou li emperieres oi le cri lait et hideus et li baron qui ja estoient en la sale assemble si s’en viennent cele part en y; li emperieres l’oi et li baron et vindrent vers z [resume]
141: et l’ouvrirent et entrerent ens si le trouverent mal atiree v [resume]
142: que vous dites ki est vos fieus v [resume]
143-144: om. z [resume]
145-147: om. z [resume]
146-148: om. v [resume]
149: et il si fu des k’il l’ot commande v [resume]
150-151: om. w [resume]
152-153: mult comment troveroit aucoison par coi il fust destruis z [resume]
154: qu’avez vos dame u [resume]
156-157: c’est vostre filz mes filz voire vostre filz dy je si sera par temps voire dame voire par temps dy je wy; qui est vostre fils mes fils voire vostre fil di je x [resume]
157: par mon fil dame dist li empereres et comment voire sire par vostre filz et si sera par tans par tans dist il sire voire fait elle v [resume]

[arbor]

1-2: biel et grant v [resume]
3-5: om. x [resume]
4-5: om. v [resume]
5: et il vint a grant volente w [resume]
6-8: om. v [resume]
7-10: om. z [resume]
9-11: il ne puet amender ne tenir pour le brance de cest pin v [resume]
12-13: prist sa coignie et mist une eschiele a l’arbre et feri tant que la branche fu coupee quant ele fu coupee u; la copa et z [resume]
14: lors en coupa tant com lui plot v [resume]
15-16: par son petit pineau tonduz et bertondez et enleidiz et encor i a plus quar li pineax vint de la coche et de la creisse de lui et de la force s’esleva une des mestres racines u; tondus et bertaudes por son piniel et enlaidis et pus que li pins ot perdue une de ses maistres brances v; pour son petit pinel tondus et bertondus et enlaidis et encore y a plus car le pinel vint a volente et s’esgaya moult et de belle craisse de lui et de la forche si s’esleva unes des racines du grant pin et quant le grant pin ot perdu une de ses racines w; por son petit pinel tondus et recopez et laidis encore y a plus car li piniaus vint de la couche dou grant pin et quant li grant pins ot perdu une de ces maistres racines x; pour son petit piniau tonduz et biertonduz encor i a plus quar li piniaus vint de la souche et s’esgaia moult et de la grace de lui et de la force si se leva une des mestres racines du grant pin et quant li grans pins ot perdu une des mestres racines y; ampiries par le pinel qui estoit venus de lui et solleva une des maitres racines et z [resume]
17: il prist sa coignie si le couppe du tout wxy [resume]
18-19: om. v [resume]
20: que vous ne le fesistes si vw [resume]
20a: “avenir” from MS. R, T has “delivrer” [resume]
21-22: om. u [resume]
21-23: quant vint l’endemain z [resume]
24: car je ne weil que il vive plus v [resume]
25-26: cil l’enmenerent parmi la rue mout laidement batant x; cil l’enmenerent parmi la rue y [resume]
26-28: atant es maistre Bacillas qui les encontra et passa outre jusque a l’empereor et li dist z [resume]
27: li valles enclina son maistre et v [resume]
29-30: om. v [resume]
31-32: om. u [resume]
33: .ix. y [resume]
34-35: et le descira toute et pour itant a il mort desiervie v [resume]
36: si me crees si feres que sages v [resume]
37-41: om. x [resume]
38-39: et se Dex plaist encore l’ores vus parler v [resume]
40: ce n’est mie encore prove par boins tiesmongnages et v [resume]
41: mais on l’en devroit courechier et w [resume]
42: volsist vostre femme prendre a force ne que il x [resume]
43-44: il n’i a si male ki ne pere car l’empereis fu trop mal atornee v; il n’y a si mal qu’il n’y paire comme celle qui est toute escavelee et toute deschiree et mal atornee w [resume]
45: por le dit de vostre femme vwz [resume]
46: dites le moi car je le weil savoir v [resume]
47: je le vous diray moult voulentiers mais w [resume]
48-49: om. z [resume]
50-51: om. z [resume]
51-52: lors commanda a ses siergans que il la laissent querre et il si fiserent et v [resume]
53-54: om. vwx [resume]
55: vostre conte et nous l’orons volentiers car boins examples doit on volentiers oir et retenir sire dist maistres Bancillas or m’escoutes v [resume]

[canis]

1: dont je vous doi conter v [resume]
2-3: om. z [resume]
4-6: om. z [resume]
5-7: om. v [resume]
7-8: om. w [resume]
9-10: avec les autres chevaliers armes de toutes armes z [resume]
11-12: de la morsure et del venin dou sierpent si cria et revint vers le sierpent li sierpens sali sour le bierceul a l’enfant et li levriers aussi et li bierceus tourna cou desous deseure mais tant i ot d’avantage que li doi cavec furent haut si que li viaires ne touca point a tiere et la bataille del levrier et del sierpent recommence vw; sailli par derriere le serpent deseure le berceul si que li .iiij. pecoul estoient haut si que le visage a l’enfant ne toucha mie a la terre la bataille commenca du levrier et du serpent x; de la morsure du serpent et du venin si estrue par derriere soi le serpent par dessuz le berceul et li levriers saut apres par dessuz le berceul et li berceul tourne mes tant i ot d’aventure que li dui cheveceul furent haut si que le visage de l’enfant n’adesa a terre et la bataille commence du levrier et du serpent y; c’escria puis reprit le serpent et sallirent parmi le bersuel et le tornerent ce desoz dessus mais li chevesuel dou biers estoient haut si que li vis a l’enfant ne tocha a terre z [resume]
13-14: l’ocist v [resume]
14-15: om. z [resume]
16-17: om. z [resume]
18-19: en la place ou elles avoient laissie le bierceul v [resume]
20-21: om. vz [resume]
22-23: om.z [resume]
24-25: ha lasses que porrons nous devenir fuions nous en u; fuions noz en z [resume]
25-26: om. z [resume]
27-31: om. x [resume]
28-29: vint sus son cheval u [resume]
29-30: om. v [resume]
32: lors s’en passa par dessus le pont et v [resume]
32-34: om. z [resume]
32-35: atant passa le pont li levriers ki mult l’amoit le vit venir v [resume]
33-34: om. x [resume]
36-37: om. z [resume]
38-39: pm. z [resume]
38-40: om. x [resume]
39-41: vint li chevaliers en la place ou la bataille avoit este del levrier et del sierpent et trova le bierceul torne cou desous deseure et les drapiaus tous ensanglantes et la plache entor il prist le bier si le torna et vit que li enfes n’avoit nul mal ains dormoit encore v [resume]
42-43: om. v [resume]
44-45: om. vz; lors lor monstra le serpent et regarda vers le levrier z [resume]
45: le sire regarda vers le bers w [resume]
46-47: que ce li avoit elle fait faire et dist sachiez que z [resume]
48: si grief k’il en sera parle apres ma mort v [resume]
49-50: il ne morra mie ainsi se Dieu plest u [resume]
51: et vous feres que sages vw [resume]
52: ki l’oroient dire se vus le faisies destruire pour le dit de vostre femme v [resume]
53-54: om. z [resume]
55: si fist mauvaise ciere et lait samblant v; si fist maulvaise chiere w [resume]
56-57: l’ama mult si le vit biele et jovene et tenre et com plus l’esgarda et plus esprist de s’amor lors dist li emperieres vwxy [resume]
58-59: om. z [resume]

[aper]

1-2: estoit .j. plainstrel et u [resume]
3-4: om. z [resume]
5-7: et en prit plain son giron tandis z [resume]
6-7: om. w [resume]
6-8: atant se dreca et regarda entour soi et vit venir le sierpent [sic] grant et hideus et bousant il en v [resume]
9-10: que li fouirs ne li vausist riens x; mes riens ne li valut v [resume]
11-12: si commenca a mengier des alies et si s’agenolla mais vw [resume]
13: MS. Mo begins here [resume]
14-15: om. z [resume]
16-17: om. uvwxyz [resume]
18-19: om. z [resume]
20-21: quant lisainglers les vit si s’acoisa et ala cele part si en menga tant k’il fu soous et plains lors s’endormi et quant li paistres vit cou si s’avala vers tiere et v; senglers commenca a mengier en ce que il entendoit au mengier li paistres x; li sengliers commence a mengier en ce que il entendoit bien a mengier li pastours y [resume]
22-26: om. z [resume]
23-24: om. v [resume]
24-26: tant grata li paistres que il vit que x [resume]
25-27: om. v [resume]
28-34: il fu fors et trast son coutel et en feri le sangler parmi le cors et l’ocist et le lassa sans depecier z [resume]
29-30: om. v [resume]
31-32: om. x [resume]
33-34: om. v [resume]
35-36: om. x [resume]
37-38: om. v [resume]
39-40: demain ferai destruire le glouton il ne puet plus vivre v [resume]
40-41: om. z [resume]
42: li empereres se leva u; li jours apparut li emperes se leva et v [resume]
43-44: cil prisent le vallet ki estoit en la cartre et le traisent hors v [resume]
43-46: et le pendes si com il l’enmenoient z [resume]
45-46: avalerent les degres et issirent de la porte ensi com il passoient v [resume]
46a: At the beginning (fol. 1b) the second sage is called Ancilles; this change occurs in manuscripts T R S2 F C1 Fr O B4 G2 B1 Z and E. He is called Augustes throughout Mo and Ha. In Q Anxilles (fol. 355r) becomes Lentul(l)us (fol. 360), and Lentul(l)us (fol. 355r) becomes Anxilles (fol. 362v). The order of the second and third sage is reversed in C2 [resume]
47: cil l’enclina et ne dist mot et v [resume]
48: asses fu ki son palefroi tint v [resume]
49: comme a celui que je mult amoie v [resume]
50-51: om. v [resume]
52-53: se vous savies les w [resume]
54-57: om. v [resume]
55-56: lui n’est pas a vous u [resume]
[58]: dites le moi je le weil savoir sire dist li sages je le vous conteroie volentiers mais se jou le vus avoie commencie a conter vostres fieus seroit ancois destruis que je le vous eusse fine si n’en aurroit noient mes contes mais v [resume]
59-60: je le vous diray moult volentiers mais se je le vous avoye commencie a dire vostre filz seroit avant destruit que je le vous eusse dit si ne vauldroit mon dit plus riens mais se vous le volies respiter je le vous diroy et wy [resume]
60-61: om. vxz [resume]
62-63: vus aseur que il n’iert hui mais destruis lors envoia des siergans v [resume]
64: si lor enclina u; et si com il vint devant son pere et son maistre si les enclina vwy [resume]
64-65: om. z [resume]

[medicus]

1-2: fusesiiens et mires ki fust a son tans vz [resume]
3-40: missing in E [resume]
4-5: om. v [resume]
6-53: missing in Ha [resume]
7-9: et Ypocras i anvoia son neveu z [resume]
8: por son fil curer et garir et il li meriroit bien v [resume]
10: le roi de Hongerie ki mande l’avoit par ciaus lors s’aparella li varles et ala aveuc les messages et v [resume]
11: li valles fu bien venus del roy et de sa maisnie v [resume]
12-13: om. x
12-14: apres regarda l’orine z [resume]
15-16: om. z [resume]
17-20: elle le corresa mais il li dist que ses filz ne pooit avoir garison lors c’en vost raler z [resume}
18: ces genz u [resume]
19-20: volt aler sans plus faire v; party et commenca a trousser w; part et commanda a trouser son sommier y [resume]
21-22: si le vic si biel que mult me plot tant que je l’en amai et fis tant v [resume]
23-24: sire por Dieu n’en parlez a nelui dame non ferai ge mes par ce qu’il est avoutres li ferai ge poisons avoutres uw; pour Dieu or gardes k’il soit cele car s’il estoit seu j’en esteroie avillie dame dist il n’en doutes ja pour riens ki soit n’en parleroie mais sacies pour cou k’il est avoutres li ferai jou autre puison v; dame por ce li ferai je poison z [resume]
25-26: om. vz [resume]
27-28: commant il l’avoit gari et il li dist de char de buef z [resume]
28: lors en ot hainne et grant envie v [resume]
29: il s’en entrent ambedui par le guichet ou vergier y [resume]
30-31: li aporta tantost z [resume]
32-33: ki fu envieus saca .i. faucon en traison et en feri son neveu par mi le cief si l’ocist comme mauvais traitres v; fu bien appareilliez il trait ung coutel si vint apres son nepveu si le fery par my le corps et l’occist w [resume]
34: si mist ens toutes les millors herbes qu’il pot savoir ne trouver v [resume]
35-36: om. z [resume]
37-38: om. x [resume]
38-39: om. z [resume]
40: the text of E resumes here (see above) [resume]
41-42: om. w [resume]
43: que il ocist mauvaisement et a tort par envie v [resume]
44: le vit si en fu mult dolans lors v [resume]
45-47: ke me vaurroit que je le vous diroie quant por moi n’en feries riens v [resume]
46-47: om. x [resume]
48-51: om. v [resume]
49-50: dont il me poise z [resume]
50-52: quar je sai bien que vous estes au terre perdre perdre dame comment y [resume]
53: the text of Ha resumes here (see above) [resume]
54-55: qu’il vuellent qu’il soit sires et c’il l’est z [resume]
56: pour cellui seigneur qui Dieu a a non w [resume]
57-58: et comment ce fu sire que me vaurroit cou quant vus n’en feries el et nanpourquant je le vus dirai v; sire mon dit ne vauldroit riens dame je vous pry que vous le me dictes sire volentiers pour savoir se vous y prendres exemple ore me dictes donques volentiers sire w; sire je le voz dirai or i prenes garde et si prenez exemple z [resume]

[gaza]

1-3: om. x [resume]
2-4: om. z [resume]
5: un xyz [resume]
6-7: om. x [resume]
8: et mout fu rices hon et asases v [resume]
8-9: om. w [resume]
9-10: om. x [resume]
11-12: a l’autre si em pesa mult car il le volsist avoir en garde car il devint soufraiteus et besoingneus de pluisours coses une nuit gisoit en son kit si s’apensa et estudia comment il poroit avoir de tel tresor lors vwy [resume]
13-14: picons tant que nous entrons enz si prenons de cel or et de cel argent et nos en ferons bien et si nous en aquiterons u; ferons tant que nous averons del tresor l’empereour v; antrons ens et si querrions assez d’avoir por noz aquiter z [resume]
15: se Dex plaist plus dure honte que souffraite et vw [resume]
15-16: om. z [resume]
15-17: om. x [resume]
16: T repeats “se nous” [resume]
18-19: je vuel que tu i vaingnes fait li peres z [resume]
20-21: om. z [resume]
22-23: et percierent tant que il entrerent dedens et prisent del tresor tant com il en porent porter puis laissierent lor pis en la tour si s’en repairierent et en vinrent a lor osteus puis descargierent si se coucierent et reposerent dusc’au matin que il se leverent lors prist li sages sos de cel avoir si en paia par tout ses detes et reviesti sa maisnie et fist redrecier ses fosses et refaire ses mananderies et manda ses amis et fist grant cuisine et grant despens v; si y piquierent tant que il entrerent ens si se chargierent de cel avoir et en aporterent tant comme il porent et laissierent lor pis en la tour et retornerent en leur maison a l’endemain matin s’aquita li sages et vesti sa mesnie richement et si tint noblement x; et troerent le mur et prirent de cel avoir tant com il lor falloitz[resume]
24-25: i aloit cascuns jor par costume veoir a la tor tant k’il au matin quant il fu leves ala cele part veoir et v; aloit chascun jour et chascune nuit en la tour pour savoir que riens n’y touchast au matin ala veoir la tor w; vint a la tor et z [resume]
26-27: le pic et le mur troe z [resume]
28-29: om. vz [resume]
30-33: om. z [resume]
31-32: om. v [resume]
34-37: om. z [resume]
35-36: je le ferai mais cou iert mult a enuis or en alons car il en est bien tans v [resume]
38-39: om. z [resume]
40-41: om. z [resume]
42: MS. G1 begins here (see 1 Frame) [resume]
42-43: ce ne vaut riens tu ne me pues aidier v [resume]
44: irai je querre aide nenil dist il mais je te dirai que tu feras vwxy [resume]
45-46: se Dex plaist ce ne vaut riens dist li peres mais fai tost ains que gens i sourviegnent car se ma tieste est colpee ja n’iere conneus v; ainz irai querre aie si feras ainz que soiens aperceu por la reconnoissance z [resume]
46-48: om. w [resume]
47-48: et traist l’espee v; om. z [resume]
49-50: om. v [resume]
51-52: ala veoir a la tor il vint au pietruis si trouva celui ki caus estoit en la caudiere lors entra dedens et vit que on li avoit la tieste colpee lors s’en issi v [resume]
53-55: om. x [resume]
54-55: om. z [resume]
56-57: il y ot .ij. varles sur .ij. chevaulx ceulz alerent aval Romme amont et aval w; il ot .ij. varlez seur les chevaus et les chacierent paarmi Romme avant et arriere x; il ot .ij. vallez suz les .ij. chevaus et hucerent et crierent parmi Romme et avant et arriere y; et il si firent z [resume]
58-59: om. y [resume]
59-60: quant cil oirent cou si disent par Dieu eles ont grant droit v; om. z [resume]
61-62: et la tieste son pere enfoui en .j. vies fosse v; et la teste son pere couppa w; om. z [resume]
62-63: om. v [resume]
64-65: om. z [resume]
66-67: et se vous ainsint le faites que vous veilliez croire ces saiges de vostre fil u; et se vous crees le conseil des sages et de vostre fil v; ne lui chaudra quel part vous allies ne quieux voies vous teniez et se vous creez le conseil des .vij. sages et le conseil de vostre filz w; ne li chaudra quel part vous aillies ne quel voie vous tiegnes et se vus ainssi le faites que vous weillies obeyr au conseil des sages et de vostre fils x; ne li chaut quel part vous alliez ne quel voie vous teigniez et se einsi le voulez faire que vous voulliez croire le conseil au sages ne le conseil votre filz y [resume]
68-69: je ne les kerrai pas car v; je vous en croiray se Dieu plaist et nul autre se vous nom car sachiez que w; non fera car il ne m’atourneront mie ainssi car x; je n’en crerai ja nul ja se Diu plest si ne m’atourneront y; non ferai car z [resume]
70-73: om. z [resume]
71-73: om. x [resume]
72-73: si s’en vint en la sale li baron i furent ja assamble v [resume]
73-74: li empereres fist apieler ses siers et cil i vinrent or tost dist il ales si menes cel garcon destruire v; l’empereur apela ses serfz et leur dist ales en celle gayole trayes mon filz hors et si le destruiez w [resume]
74-75: om. z [resume]
76: et tuit cil ki le virent en orent pitie v [resume]
77-78: si passa outres et vint cevaucant dessi au perron dou piet del degre de la sale iluec descendi asses fu ki son ceval tint il monta amont si v; si s’en passa oultre si grant ambleure comme il pot du pallefroy rendre tant qu’il w; et s’en vint a grant aleure omme il pot du cheval traire au maistre palais et descendi au degre chascuns li escria ha maistre penssez de vostre deciple secourre il monta contremont les degrez et x; et li baron dou pais ha maistres penses de vostre disciple z [resume]
79-80: om. vz [resume]
81-82: om. v [resume]
81-83: om. z [resume]
84: de la parole rendre car de ce que vous dictes w [resume]
85: encore n’est il prouve v [resume]
86-87: sanz jugement u; sans le jugement de vos hommes v [resume]
88: MS. Ar begins here and continues to 17 vidua [resume]
89: dites le moi je le weil savoir v [resume]
90: tant que jou aie dit v [resume]
90-93: om. z [resume]
91: je le respiterai dont dist li empereres or dites faites le donques ramener dist il lors commanda que on le ramenast et on si fist v [resume]
91-92: mais faictes le respiter et je diray volentiers volentiers dist l’empereur wxy [resume]

[puteus]

1-2: om. v [resume]
3-4: et pria a ses amis que il li queissent bele et gente a son oeus et convenable x [resume]
4: et il la prit z [resume]
5: et envoisie si l’espousa a grant fieste il furent longement ensamble li tans passa v; et blonde elle vint et il ala et tant qu’a painnes pot il aler au moustier wxy [resume]
5-6: om. z [resume]
7 to 18 in avis is missing in G1 [resume]
8-9: jusques a l’endemain tant que les sages fussent venus au consistoire w; et menes en constitoire et l’andemain fustes par la ville z [resume]
10-11: om. z [resume]
12-13: om. z [resume]
14: s’il fu dolans ce ne fait pas a demander lors descendi aval et cil l’oirent si se traisent vers l’uis et issirent hors de la maison v [resume]
15-16: onques ne m’avint mais je me levai pour le mal de mon ventre si me dolousoie par moi seule et pour cou ne me crees vous pas chertes dame dist il j’oi vostre leceour u il vous coursoit v [resume]
17-18: om. z [resume]
18-47: missing in Mo [resume]
19-20: car jou i ainz miex a morir que a endurer si grant vergongne moi n’en caut dist il voire sire si n’en feres el certes dist il non v [resume]
21-22: elle prit une pierre puis dist z [resume]
23-24: lors s’abaissa ens et huca et apiela sa femme et dist douce amie iestes vous laiens pour Dieu parles a moi et la dame ne dist mot si entra en la maison au plus coiement qu’elle pot si monta en la loge si vint as fenestres et dist sire viellars je ne sui pas el puc ains sui en ma loge comme preude femme mauvais lecieres v; et ainsi qu’il regardoit ou puis savoir s’il oist sa femme et l’apelloit a hauste voix belle sueur estes vous l’aval et celle s’en entra lors en sa maison et ferma l’uis puis s’en revint aux fenestres nennil fait elle je n’y suis mie veez me cy maulvais homme w; et en ce que il regardoit ou puis pour savoir se il l’oyst et il apeloit a haute vois bele suer ou estes vous cele s’en entra en la maison et frema bien l’uis puis vint aus fenestres si li dist en mon Dieu malvais homs je ne sui mie morte ains sui ca x [resume]
25: mais je n’y suis pas w [resume]
26-28: om. x [resume]
27: pour Dieu aies mercit de moi laissies moi ens v [resume]
29-30: trouve je seroy pris et mis en la gaiole et w [resume]
31: laissies vostre segnor ens v [resume]
32: car soffres k’il voist laiens v [resume]
33-34: comment il est Saribande s’en fui orendroit quant elle vus oi venir tel vie m’a menee longement si l’ai souffiert tant que je poi et il m’en a laidengie pluiseurs fois devant la gent pour soi couvrir or ne li vuel plus consentir v; que je l’ai celle z [resume]
35-37: om. y [resume]
36-37: om. u [resume]
38-39: om. vz [resume]
40-41: om. z [resume]
42-43: om. z [resume]
44-45: om. z [resume]
46: sire dist le sage Dieu l’en gart w [resume]
47: Mo resumes here after the lacuna beginning at [18] above [resume]

[senescalcus]

1-2: om. w [resume]
1-6: et il la fist querre a son vez mais elles n’i vorent venir por l’enfleure le roi li senechauz en promit une .clv. et n’i vot venir mais en la fin li fist il venir a force quant li rois fu couchiez et les chandoiles estaintes si l’amena por ce qu’il ne vot pas c’on la veist quar elle estoit gentis femme et la fist couchier avec le roi z [resume]
3: dame faire le vus convient ha sire dist elle plus dure honte que souffaite vus iestes ases rices hom v; dame fait il faire le vous convient he sire plus dure honte que souffraite wx; dame fait il a faire l’estuet ha sire dist la dame plus dure honte que chier temps y [resume]
4-5: la mena devant le lit au roi u [resume]
7: et en fist ses volentes wxy [resume]
8-9: om. z [resume]
10-32: missing in Mo [resume]
11: car ele me plaist mult vwxy [resume]
12-13: tais toi dist li rois n’en parolle plus car elle ne s’en ira pas encore car elle me plaist mult sire jou avoie en couvent a ses amis que ja ne seroit conneue tais toi dist li rois n’en parole plus car elle ne s’en ira pas encore li senescaus s’en ala v; quant elle s’en iroit de par Dieu fait le roy elle me plaist encore le seneschal s’en party de la chambre wxy; om. z [resume]
14: il en est bien temps w [resume]
15: encore qu’elle me plaist bien wz [resume]
16: et li rais dou solel feri sor aus .ij. vwxy [resume]
17-18: om. v [resume]
19: .clv. z [resume]
20: or tost dist li rois malvais siers traitres issiez hors de ma terre v; je vous commant que vous aillies hors de ma terre et de ma court x; or hors de ma court et de ma terre y [resume]
20-21: ore ales hors de ma court et de ma terre par icellui seigneur qui Dieu a a non w [resume]
22-23: om. v [resume]
24-25: comment li seneschaus perdi sa femme et sa terre par covoitise z [resume]
26-27: vus crees les .vij. sages v [resume]
28-29: apiela ses siers ales dist il si menes mon fil hors de la vile si le destruisies sire dient il a vostre commandement et de quel mort morra il enfoue le dist il tot vif cil s’en tornerent atant si enmenerent le vallet trop vilainnement contreval les rues si que tot cil ki le virent en orent pitie si le plainsent mout v; dist alez dist il si destruiez mon filz sire a vostre commandement ilz s’en alerent en la gayole et l’en amenerent sus ou pallaiz devant l’empereur si lui demanderent sire de quelle mort morra il affoles le me sire volentiers ilz avalerent les degres du pallaiz et s’en vindrent parmy les rues de Rome et tous ceulz qui le veoient en avoient moult grant pitie w; apela ses sers alez fait il prenez mon fil si le destruisies sire font il a vostre commandement il s’avalerent en la gaiole si l’en amainent devant l’empereour si li demanderent de quel mort morra il enfouez le fait il tout vif sire font il volentiers il avalent les degrez et s’en vont parmi les rues de Romme et tout cil qui le voient en ont grant pite en leur cuers x; apela ses sers alez prenez mon fil si le me destruiez sire a vostre commandement il s’en avalent en la jeole si l’en ameinnent sus il s’en viennent par devant l’empereur si li demandent de quel mort il mourroit et il dist que l’en le pendist sire volentiers il s’en passerent outre et s’en entrerent en la rue y; commanda a ses sers son fil a afoler et cil l’enmenerent tost cil qui le veoient en avoient grant pitie z [resume]
30-31: om. z [resume]
32: Mo resumes here after the lacuna beginning at [10] above [resume]
33-34: om. z [resume]
34: et vus et tote vo compaingnie vergonde v [resume]
35-36: et ce vous dirai je mout volentiers certes y [resume]
36-38: om. z [resume]
37: certes je le vous diray moult volentiers certes fait l’empereur w; certes dist li sages volentiers mais faites respiter vostre fil de mort par foi dist li empereres volentiers x [resume]
37-40: je le weil savoir sire volentiers dist cil se vus faites vostre fil respiter de mort je l’otroi dist li empereres car del viel ancien rice home me plaist mult a oir lors renvoia li empereres pour sen fil v [resume]
38: car d’estrange maniere fu sages et viex wxy [resume]
39-41: or respites donc vostre fil il fu respites z [resume]
41-42: om. v [resume]

[tentamina]

1: n’avoit point de femme v [resume]
3-4: et il lor dist k’il le prenderoit volentiers s’ele li estoit quise endroit soi et il disent que il s’en entremeteroient volentiers v; et a painne verres nul viel home qui volentiers ne preingne jone femme il leur dist qu’il leur quissent et il la prendroit volentiers w; et il respondi que il li queissent et il la prendroit volentiers x; om. z [resume]
5-6: il le prist et espousa v; le sage en ot .ij. enfans il fu auques viex et ses aages passes w; li sages en avoit eues .ij. x; il en ot eues .ij. filles et fu viex z [resume]
7: que dire que taisir w; fors que ire et courrous y [resume]
8-9: om.z [resume]
10-11: om. u [resume]
12-13: om. vz [resume]
13: ensi soit il dist la dame w [resume]
14-17: as chans lors commanda a .j. sergent a coper celle ente mais il ne la vot coper z [resume]
15-16: om. w [resume]
16-17: baille moi cele coignie y [resume]
17: car c’est la bonne ente mon seigneur w [resume]
18-19: om. z [resume]
20-21: om. y [resume]
22-23: om. x [resume]
24-25: om. z [resume]
25-26: om. x [resume]
26-27: om. z [resume]
29-30: om. z [resume]
31-33: om. w [resume]
32-36: la dame ala l’ondemain au mostier et dist a sa mere qu’elle avoit copee l’ente sa mere li demanda c’il avoit dit riens z [resume]
34-35: et s’asist joste li se li dist dame je wel amer v [resume]
37-38: n’en dit riens w [resume]
39-40: et celle dist ne feray w [resume]
39-41: om. z [resume]
41: et quoy w [resume]
42-44: om. z [resume]
43-44: et de quoy w [resume]
45-46: si k’il ne sofferroit que nus le cacast ensus del feu ne que nus li donnast a mengier se il non tu l’ociras et lors veras k’il en fera dame dist ele de par Dieu atant se parti la dame de sa mere v; occis la et je l’occiray dist la dame atant s’en party la mere de la fille w; il ne soufferroit pas que nus li donnast a mengier se il non je l’occirai bien dist la fille de par Dieu dist la mere x; il ne souferroit pas que nus des serjanz la remuast de jouste le feu ne que nus li donnast a mengier se lui non je l’ocirai ennevois dist la dame de par Dieu dist la mere atant s’en partent y; tu l’ocirras sempres z [resume]
47-50: om. z [resume]
48-49: om. w [resume]
50-53: om. w [resume]
51: si ot pris venison a plente v [resume]
52-54: fit seoir en une chaiere d’une part de la tauble et la dame d’autre part z [resume]
54-55: et li levriers au segneur se couca joste le fu et atouca au pelicon la dame quant ele le vit si en fu mout airee car li levriers li forbi tout son pelicon lors apiela .j. des bouviers de laiens ki fu revenus de sa kierue cil vint a la dame et dist dame que vus plaist baille moi dist ele ton coutiel ameure cil le traist de sa gainne se li bailla et la dame le leva en haut a l’abaissier qu’elle fist del coutiel si feri le levrier el cors a mort v; la levriere au seigneur se coucha sur le pellicon a la dame et elle en fut iree et prist ung coutel que ung garcon tenoit si en tua la levriere si que le pellicon en fut ensanglante et le fouyer w; la levriere se coucha seur la pelice la dame qui toute estoit fresche si fu mout corrouciee lors regarda .j. des bouviers qui estoit venus de la charrue qui ot son coutel a sa sainture la dame le vit si le prent puis en feri la levriere par mi les boiaus et l’occist si que li pelicons en fu tous ensenglentez et li foiers x; et li chien monterent de toutes pars en ces liz et la levriere vient que li sires amoit tant si se couche seur le pelicon a la dame et la dame esgarde .j. des bouviers qui fu venu de la charrue si ot .j. grant coutel a sa ceinture et la dame saut si le prent si en fiert la levriere par mi les boiaus si l’ocist toute morte si que son pelicon en fu touz ensanglantez et li fouiers touz honniz y; li chien ce coucherent de toutes pars sor ces lis la lisette ce coucha sour la pellice a la dame elle fist le correcie si prist .j. coutel si l’en fe par mi les boiauz et l’ocist z [resume]
56-57: par mon chief ge les ferrai ancois de mes mains qu’il s’assient ainsi par mes liz or esgardez de ma pelice quele ele est or conree cuidiez vous que ge n’en soie iree u; om. w; pour la mort bien je ferroie encois .j. chien neis des meins que je soufrisse que il alassent par ceanz einsi ore esgardez ma pelice que je n’avoie onques mes vestue comment ele est atournee cuidez vous que je n’en soie pas iriee mau de ca mau de la l’en n’aura ja noise ceanz fors pour voz chiens y; j’ameroie miex que je lez eusse touz tuez de mes mains or esgardes ma pellice que je n’avoie onques mais vestue qu’elle a si mal atornee z [resume]
58-59: om. vz [resume]
60: si en ot moult grant pitie w [resume]
61-62: si s’asist joste li sa mere li demanda comment li estoit avenu dame v; qui li demanda comment il est et elle dist z [resume]
63: car en nulle maniere je ne m’en puis tenir w [resume]
64-65: quar je ai .j. viel homme et z [resume]
66-67: om. z [resume]
68-69: li prestes m’en a ja proie z [resume]
69: ki m’en a proie maintes fois le provoire dist sa mere voire dame vy [resume]
70-71: om. z [resume]
71: et se je lui bailloye et il les perdroit w [resume]
72-73: om. z [resume]
74-75: dame volentiers et de quoi l’essairas tu certes fait la dame y [resume]
76-77: om. u [resume]
78-79: om. z [resume]
79-80: or va si fai ensi que je t’ai dit et Dex t’en laist joir et venir a boin cief vwxy; ma dame voz dites bien z [resume]
81: elle servi son seigneur bien et bel wxy [resume]
82: dames y [resume]
83-84: om. v [resume]
85-86: om. z [resume]
86: en une mout belle chiere w [resume]
87-88: om. w [resume]
87-89: om. z [resume]
88-90: la dame ne vot plus atarger ains prist ses cles si les mist es filerbres de la nape lors sali sus et si comme elle passa avant totes v [resume]
91-92: om. z [resume]
93: sire dient li baron a la table estoient ne vous caille elle ne le fist mie de gret si le soffres atant pour l’amour de nous par vostre grasse v [resume]
94-95: om. w [resume]
96-97: ele fist aporter autre nape pus aporta l’en mes u [resume]
98-99: et li sires ne fist onques samblant que il fust courecies et nanpourquant si l’estoit il durement mais bien s’en pensoit avengier procainnement quant on ot mangie si osta on les napes si laverent et burent apres li sires les ot mult honeres et bien fais siervir si k’il s’en loerent lors prisent congie si s’en partirent et alerent a lor osteus v; li sires ne fist onques semblant que il fust corroucies il se departirent x; om. z [resume]
100-101: demoura si couvri son corage dessi au matin que il fu leves lors apiela v [resume]
102-103: le feu fu grant la dame vint a lui sy lui dist ques ce sire que vous voules faire w [resume]
104: si morroie de paour se je veoie mon sanc v [resume]
105-106: lors fist la dame despoullier volsist u non le diestre brac avant et le seniestre apres puis li fist caufer au fu longement et li sainnieres le fiert en une des vainnes del brac si que li sans en vole a grans randons et puis prist li sainnieres le seniestre brac et sans en saut a grant force si que une fleume en issi et une grande betumee tant que vermaus sans en issi lors v; il li fait despoullier le destre bras et li fait chaufer au feu pour mieuz seinnier et li seinnieres fiert et li sanc vole hors et quant ele ot assez seinnie li sires la y; lors li fist chauver son bras destre et puis sainnier une flemme c’en issi et une betemee tant que li vermeuz sans an issi puis z [resume]
107-108: et pus loier et porter en sa cambre et le fist couchier v; et li fait traire le braz senestre hors de desouz la robe quant la dame voit ce y; et traire l’autre vossist ou non elle commansa a crier mais riens ne li valut il la fist sainnier de celui bras tant que li vermaus sans an isi lors la fist loier et couchier z [resume]
109-110: om. w [resume]
111-112: fille je le te disoie bien tu ne verras ja si cruel vengance com est de viel homme par ma foi dame se jou pooie respasser jamais n’aroie pensee ne talent d’amer par mon cief biele v; je suis morte belle fille je le te dis bien tu ne verras ja si cruel vengement comme de viel homme certes belle mere je n’aymeray ja mais certes w; or seroie je bonne morte et par ma foi dame je n’amerai ja mes bele x; om. z [resume]
113-114: dont n’esploita bien li vieus sages de sa femme ki li fist ces .iij. entraites laides et vilainnes la premiere fu de sa boinne ente la seconde de son levrier la tierce de la viande espandre sour la table v [resume]
114: la premiere fut de l’ente la seconde de la levriere la tierce du mengier espandre wxy [resume]
114-115: et le quart eust elle fait piour z [resume]
116-117: or regardes comment le sage s’avancha dont ne s’en venga il bien certes oil dist l’empereur sire dist Malquidars ne crees mie vostre femme de quanque elle vous dira w; om. z [resume]
118: ja ne le querrai pour cose qu’elle me die v; sachiez que il ne mourra mes hui y [resume]
118-119: om. z [resume]
120-121: sire dist elle il i a asses raison que je soie dolente et de quoi dame dist il que vous faut v [resume]
122: si vus en peust aussi avenir com il fist lui v [resume]
123-124: en fu il mors dites le moi je le weil savoir v; om. z [resume]
125: sire Dieu le vous doint bien entendre wx [resume]

[Virgilius]

1-2: om. u [resume]
3-6: om. z [resume]
4-6: om. y [resume]
5-6: om. w [resume]
7-9: et aeroint lor petis enfans v; quant il ne pooient miex z [resume]
8-9: om. w [resume]
10: et une saiete u [resume]
11-12: om. w [resume]
13-14: et l’ome entregete uxy; om. z [resume]
15-18: om. z [resume]
16-17: om. v [resume]
19-20: et cil ki tenoit la pelote au samedi le lancoit a l’autre et cil le regietoit au samedi apres son compaingnon vy; et cellui qui tenoit la pelote en sa main la lancoit a l’autre compaignon w [resume]
21-22: om. u [resume]
23-24: om. z [resume]
25: ensi se contenoient vers toutes gens v [resume]
26: por cou k’il ne se pooit venger de ciaus de Rome v [resume]
27-29: et fist par tot crier k’il venissent a lui et .j. et autre por avoir consel de ceste cose et quant il furent tot venu si lor enquist consel comment il poroit faire et esploiter vers les Romains ki totes les terres ou marcissent mettent au desous et que il estoient lor songit v [resume]
28-29: om. w [resume]
30: .iij. y [resume]
31-32: om. v [resume]
33-35: oil deniers et terre tant com vus en vodres z [resume]
34-35: om. v [resume]
36-38: om. z [resume]
37: se vus le faites ensi je vus ferai rices et manans a tous jors v [resume]
39: .iij. vxy [resume]
40-42: et apparelliet il les torserent puis se misent a la voie par devers Rome v; et les enmenerent a Romme z [resume]
41: .iij. y [resume]
43: et a la tierce porte le tiers vxy [resume]
44-45: om. w [resume]
46-47: om. vz [resume]
48-49: om. v [resume]
48-50: om. z [resume]
50: et li empereres lor fist ravoir lor gages celle nuit reposerent v [resume]
51-52: om. vz [resume]
53-54: om. z [resume]
55-56: om. z [resume]
57-58: om. z [resume]
57-60: li empereres en ot grant joie et en fist donner le moitiet as songeors v [resume]
59-60: om. z [resume]
61-63: la nuit et demain li diroit de par Dieu dist li empereres atant se covrierent la nuit et au matin se leverent li doi songeour et vinrent a cort et saluerent l’empereor sire dist li maisnes je songai anuit qu’a ces .ij. portes lors li nouma avoit .ij. barius tous plains de fin or li empereres i ala et fist fouir si furent trove et parti v [resume]
62: et puis le tiers x; et li tierz autre si resonga si trouva le sien y [resume]
64: or me mec del tot en vostre consel v [resume]
65-71: envers cou que nous savons car nous avons songie .j. si grant tresor onques rois ne empereres ne vit gregnour ou gist il dist li empereres sire dient il desous le mireoir de Rome par ma foi dist li empereres la n’oseroie faire fouir ne miner por la doutance qu’il ne versast v [resume]
66-67: om. wxy [resume]
68 to 13 in Roma: missing in Y2 [resume]
69-70: .iiij. cher z [resume]
70: et ou est il fait l’empereur sire par foy il est dessoubz cest miroer wxy [resume]
72-73: car mestiers est sire dient il bien en penserons pour vostre preu et pour vostre honneur v; om. w [resume]
72-75: om. z [resume]
74: si s’aaisierent bien cele nuit a lor volente v [resume]
76: et entreus que il piquoient par desous le mirouer x; que qu’il estoient endroit le piler qui soustenoit le mirouer si ostoient la terre par desouz et deschaucierent tourjouz y [resume]
76-77: entor tant minerent entor que il i ot grant fosse si minerent tant que li mireoirs v [resume]
77-78: commenca a decliner et w [resume]
78-79: si l’estanconnerent desous desous de povre maniere v; il metent engins et fuz et chevrons pour soustenir le piler y [resume]
80-81: en atrait entor les estancons ki sostenoient le mireoir puis s’en partirent et li fus commencha a espanddre en l’atrait v; es fuz et es chevrons qui soustenoient le piler tant que il ardi bien et estouperent environ y [resume]
82-83: om. v [resume]
84: lors s’esploitierent de fuir et eslongierent quanque il porent la cite v [resume]
85: om. u [resume]
86: ki de cou ne se donnoit garde mais quant il en sot la verite si en v [resume]
87: en ceste maniere l’ocistrent uz; en tel maniere l’ocisent li Roumains v [resume]
88-91: sachies dame que non ferai ce Dieu plait z [resume]
89-90: om. v [resume]
92-96: que li empereres fist son fil amener et commanda a ces sers qu’il fust destruis il le menerent par les rues z [resume]
93-95: om. y [resume]
94-96: si li demanderent sire de quel mort le ferons nous morir pendes le dist il cil l’enmainnent vilainnement contreval les rues de Rome si que v [resume]
96: si l’enmainent li serf vilainement parmi les rues de Romme x [resume]
96-97: et s’en vont droit aus fourches y [resume]
98-99: om. vz [resume]
99: et il vint moult bonne oirre et w [resume]
100-101: il se passa otre et z [resume]
102-103: ne respondi pas a son salu ains lui dist honte et villennie et le commenca cruellement a menachier w [resume]
104: soffres vus .j. poi entendes ma raison v [resume]
105: sire je le vous dirai volentiers mais que vous envoiez vostre fil querre x [resume]
106: je le vous diray volentiers w [resume]
107-108: faites le respiter et je le vus dirai je l’otroi dist li empereres il apiela ses sergans ales dist il si ramenes mon fil cil i coururent et le misent ariere en la gaiole v; mais faictes le respiter et je diray volentiers dist l’empereur tant que vous aies dit assez fu qui y courut w; je le respiterai tant que vos ares dit lors fu ramenes et les enclina z [resume]

[avis]

1: disoit quanques on lui demandoit qu’elle veist wxy [resume]
1-7: bien sot parler et disoit quanque on li demandoit et qu’elle veoit si sot tres bien parler le langage de Roume et sa femme n’estoit pas s’amie car ele amoit en la vile .j. autre borgois quant li preudom revenoit en maison de hors vile de son besong et li pie li disoit quanque elle avoit veut et entendut et souvent avenoit qu’elle disoit tot voir quant li amis a la dame i avoit estet car elle ne savoit pas mentir ains disoit a son segneur quanque elle veoit v [resume]
2: et la femme amoit en la ville w; et sa femme si n’estoit pas s’amie car ele amoit en la vile xy [resume]
3-4: om. w [resume]
5-6: om. z [resume]
6: et la pie le disoit au preudomme w [resume]
7: car elle ne savoit mentir a son seigneur w; car ele ne savoit mentir ains disoit a son maistre quanque ele veoit xy [resume]
8-9: la dame li dist venes avant je n’os dist il pour vostre pie qu’elle le diroit a vostre segneur v [resume]
8-10: la dame li dist qu’il alast hardiement z [resume]
11-12: que querres vus ales vous ent pour coi n’i venes vus quant mes sires i est or iestes vus repus en la cambre je le dirai mon segneur quant il iert revenus la dame ki bien l’oi ne dist mot ains v [resume]
13 to 10 in inclusa: missing in F [resume]
14: elle fist quanques sa dame li commanda v [resume]
15-16: lors descendi aval v; et quant vint que il fu jour si s’en descent le maillet en sa main et le cierge en l’autre si oublia le pot seur la meson y; quant il fu jors z [resume]
17: et la dame se fu levee et apparellie v [resume]
00: G1 resumes after lacuna starting at 7 puteus [resume]
19-20: om. u [resume]
21-22: encore n’a gaires k’il s’en ala fist biele amie sire dist ele oil voir li sires fu corecies v; om. w; je l’en vi aler par z [resume]
23-24: om. w [resume]
25-26: om. v [resume]
27: qu’il n’avoient onques veu plus biel tans lors fu li sires courecies vxy; le sire fu ires la dame le vit ensi ire et w [resume]
28-29: om. v [resume]
30-31: lors vint a la gaiole et le deffrema et prist la pie v [resume]
33-34: et ne sot que dire et se la dame en fu lie ne l’estuet demander apres cou regarda li sires vers la couverture de la maison par deseure le gaiole si vit les escanles de la couverture mal atornees v; si regarde la pie et la cage ou ele estoit contremont vers les escenles si les vit desairiees y; et osta la chage et vit les essandres desatirees z [resume]
35-36: om. z [resume]
36: et pour coi ai jou tuee ma pie sans raison v; lors s’en avala jus w [resume]
37: et commenca a dementer et a tordre ses poins ensamble wy [resume]
38: aves vus entendu de cest borgois comment sa femme le decut par boisdie v [resume]
39-40: lors se repenti et fist grant doel mais ce fu a tart v; om. z [resume]
41-42: ja ne l’en kerrai il ne sera destruis hui mais sire dist Catons vus feres que sages car v; il ne m’en advendra mie ensi car je ne la croiray pas ne il ne morra mes huy sire fait Catons vous feres ung des grans sens que vous onques feistes wxy; non fera sire z [resume]
43: car s’elle l’euist porte en son ventre ele ne le haist point v [resume]
44-47: li empereres vint en la cambre la dame fist laide ciere dame dist il quel samblant me faites vus et ke aves vus mult me sambles iestre corecie v [resume]
45: si que l’empereur aperchut qu’elle estoit couroucie wx; que bien parut a son samblant y [resume]
46-47: vous me sembles moult couroucie w [resume]
48: je prent congie a Dieu vus commant car v [resume]
49-50: om. z [resume]
50: si me remarieront hautement car je sui jovene dame v [resume]
51-52: pour cou fait ele que vus seres par tans deshiretes v [resume]
53: que vous n’en voles nul croire aussi w [resume]
54-55: lonc tans c’onques ne pot issir de Rome par .vij. ans comment dist li empereres perdi li rois Herodes sa veue par les .vij. sages v [resume]
56-57: om. z [resume]
58-59: or verrai apres ke vous feres v; or dictes donques et vous delivrez w [resume]

[sapientes]

1 to 14 in vidua: missing in E [resume]
2-3: et il disoient leur songe et li esponoient ce que l’en pooit avenir u; lor contoit cil son songe et li sage en despondoient cou que il voloient et qu’en pooit iestre v; et il lor diroient que c’estoit z [resume]
4-5: par quelle porte ce fust la veue li torbloit tote si k’il ne veoit gote il assaia a cascune des portes mais riens ne li valu car onques issir n’en pot celi dura .vij. ans et v; il avuigloit et a toutes les portes avoient essaie par maintes fois si n’en pooit issir xy [resume]
6-7: k’il li desissent por coi li oeil li torbloient a totes les fois que il voloit issir de Rome v [resume]
6-8: signur por quoi avuglent mi oil quant je vuel issir de Rome z [resume]
7-8: om. v [resume]
8-11: il demanderent consoil et il lor dona .viij. jors z [resume]
9-10: om. v [resume]
9-11: et il leur respondy qu’il leur donroit terme jusques a .viij. jours w [resume]
12: et nous le prenons w [resume]
13-14: om. z [resume]
15-16: om. z [resume]
17: jouoit avec les autres enfans et s’ xy [resume]
18-19: om. z [resume]
20-21: pour dire ton songe je le te dirai se tu vieus si en reporteras ton or oil fait cil v; si leur diras ce que tu aras songie je le te diray si enporteras ton besant w; si leur diras ce que tu as songie je le te dirai donnes moi ton besans x; si leur diras ce que tu as songie y [resume]
22-24: et li sage et li valles s’en alerent et firent foir en foier et troverent le tresor z [resume]
23-24: om. v [resume]
25-26: om. z [resume]
25-27: de la demande que vus nus fesistes v [resume]
28-29: om. v [resume]
30-31: je weil parler a vous a conseil amis dist il ce me plaist v [resume]
32-33: om. z [resume]
34-35: om. w [resume]
36-37: puis i faites fouir v; si faictes fouir l’empereur manda gens et fist le lit oster w; om. z [resume]
38: et regarderent moult celle caudiere w [resume]
39: tous puis que l’empereur le commanda w [resume]
40: qui sont ilz fait l’empereur w [resume]
41-42: om. v [resume]
42-43: om. z [resume]
44-45: et honnissent vostre terre par ce qu’il convient que z [resume]
45: ilz ont mise une coustume maulvaise en vostre terre que w [resume]
45-46: vus en dirai la costume se aucuns songe dont il soit esgares il vient tantost as sages si lor aporte .j. besant d’or por le savoir v [resume]
46-47: lor font tanz antandant z [resume]
48-49: om. vz [resume]
50-51: om. xyz [resume]
52-53: om. z [resume]
53-54: lors fist l’empereur venir ung autre sage si lui fist la teste coupper et l’autre boillon acoisa et estaint lors fist prendre les autres .v. sages si leur fist les testes coupper wxy [resume]
53-55: lors remanda .j. des sages et li fist le cief colper et li autres buillons estainst et en tel maniere furent li autre .v. decole et lors furent tot li buillon estaint v [resume]
56-57: om. vw [resume]
56-58: om. z [resume]
59-61: il monta et Merlins et li borjois por celle merveille z [resume]
60-64: om. x [resume]
62: .vij. u; .vj. z [resume]
63-64: Merlins dist z [resume]
65-68: acola Merlin et tuit l‘onererent v [resume]
66-69: om. z [resume]
67: qui amerent l‘emperiere honnorent Mellin et y [resume]
70-71: demain sera li garcons destruis v [resume]
72-73: li baron furent assamble el palais [resume]
73-74: om. wxz [resume]
74: il fu mis hors de la gaiole v [resume]
75-76: descendi au pie du degre de la sale de son palefroi puis monta contremont et quant il vint el pales il salua l‘emperere et les autres barons apres dist a l‘emperere u; descendi au perron asses fu ki son ceval tint il vint devant l‘empereor si le salua et dist v; descent au pie du degre de la sale de son palefroy assez fu qui son cheval tint puis monta les degres de la sale et quant il vint amont en palais si salua l‘empereur et les autres barons apres si a dicte sa raison w; descent au pie du degre de son palefroi il fu assez qui son cheval li tint adont monta en la sale si vint devant l‘empereeur et le salua et les barons aussi et apres a dit sa raison x; descent de son palefroi et monte les degrez de la sale il salua le roi et les autres barons apres li a dite sa reson y; salua l‘empereor et dist z [resume]
77-80: om. v [resume]
78-79: et d‘autre gent si u; om. z [resume]
80 to 119 in vaticinium: MS. Y3 replaces vidua, Roma, inclusa and vaticinium by noverca and ends; for noverca see Appendix 2. [resume]
81: qui en crois morut pour son pueple racheter de la mort d‘enfer x [resume]
82: et l‘endemain en fu il enterres pour celle achoison wxy [resume]
83-84: dist le sage dire ne le vous puis sachies de voir se vous ne faictes vostre enfant respiter de mort jusques a demain prime sonant tant sans plus vous pri wxy [resume]
84-88: om. v [resume]
84-1 in vidua: om. z [resume]
85-86: om. y [resume]
87-89: om. y [resume]
88-89: om. x [resume]

[vidua]



Previous partial or full-length, mostly non-critical Editions

Plomp, Herman Peter Barend. De Middelnederlandsche bewerking van het gedicht van den VII Vroeden van binnen Rome. Utrecht: J. van Boekhoven, 1899: 1*-51* (appendix): complete text of MS. Q.

Chater, Samira. “Transcription critique d’un manuscrit du Roman des sept sages (Version A).” M.A. thesis. Dalhousie University, 1981. Complete text of B4 with variants from J; 102-07 vaticinium from J.

Derniame, O., M. Henin, and H. Nais. Les sept sages de Rome: roman en prose du XIIIe siècle d’après le manuscrit no. 2137 de la B.N.. Travaux du C.R.A.L. 2. Nancy: Université de Nancy II, Centre de recherches et d’applications linguistiques, Section de traitement automatique des textes d’ancien français, 1981. Complete text of T.

Barbazan, Étienne. Anciennes poésies. Paris: Bibliothèque Nationale, MS. 3125. Vol. III: 245-47 puteus from Y2, 265-69 vidua from X1.

Michel, François-Xavier (Francisque). Lai d’Havelok le Danois. Paris: Silvestre, 1833. Pagw 15: excerpt from avis from Y1.

Keller, Heinrich Adelbert. Li romans des sept sages [Version K]. Tübingen: Ludwig Friedrich Fues, 1836. lxv-lxvii avis from W.

Le Roux de Lincy, Antoine-Jean-Victor. Roman des sept sages de Rome en prose [...] [Version L]. Paris: Techener, 1838. 79-102 vidua, Roma, inclusa, vaticinium from T.

James, Montague Rhodes. A Descriptive Catalogue of the McClean Collection of Manuscripts in the Fitzwilliam Museum. Cambridge: Cambridge University Press, 1912. 342-43 excerpt by Paulin Paris of tentamina from Ca.

Speer, Mary B. “New Light on the Chartres Prose Fragment of the Roman des sept sages.” Scriptorium 35 (1981): 262-70. Page 270: tentamina from Version C with variants from R.

Runte, Hans R. “Variant Widows: On Editing and Reading Vidua.” 240-47 in Medieval Codicology, Iconography, Literature, and Translation: Studies for Keith Val Sinclair. Eds. Peter Rolfe Monks and D. D. R. Owen. (Litteræ textuales: A Series on Manuscripts and Their Texts.) Leiden: E. J. Brill, 1994. 244-47 critical edition of vidua from all manuscripts of French Version A.